-->

CINE DROIT LIBRE 2016 : « Droit à la vie » et « extrémisme violent » au menu

10 décembre 2016 Auteur :   Amélie GUE

 

Durant huit jours, c’est une trentaine de films qui sera projetée. Les réalisateurs de huit films seront eux en compétition pour succéder à Camilia Nelson lauréate de la dernière édition du grand prix Sergio Vieira de Mela. Ce sera à ‘’Mali Blues’’ de l’Allemand Gregor Lutz d'ouvrir le bal des films le 10 décembre à 19h à l'Institut français, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture. Le thème est en relation avec le contexte mondial, caractérisé par la recrudescence des attaques terroristes et le grand banditisme. Les organisateurs ont choisi l’écrivain, sociologue, homme politique Suisse, militant altermondialiste, Jean Ziegler comme parrain. Le président du bureau régional de l’ONG Amnesty International pour l’Afrique de l’ouest, le sénégalais Alioune Tine est l’invité spécial. Le festival accueillera également des spécialistes des questions sécuritaires, des cinéastes, des journalistes, militants et artistes engagés venant d’Afrique, d’Europe et d’Amérique.

Outre les projections de films, Ciné Droit Libre 2016, c’est aussi un cadre d'échanges sur les questions brûlantes de l'heure, à travers notamment la tribune « Dialogue démocratique ». ''Masterclass'' est l’espace dédié aux jeunes et moins jeunes réalisateurs. Les enfants y trouveront une programmation de films adaptés à leurs âges. Le concours de débats entre étudiants ''10 minutes pour convaincre'' reste constant au programme. Bien d’autres activités telles les expositions et desk info, un atelier sur les vidéos citoyennes, un programme spécial Cheick Anta Diop, sont au menu. Devenu le cadre de regroupement par excellence, le village du festival, à l’espace vide de l’ex mairie de Bogodogo, connaîtra le retour de maréchal Zongo, qui aura à ses côtés le conteur KPG. Projections-débats, animations artistiques, témoignages, humour, animations artistiques et musicales y seront au programme. Des artistes tels Frère Malk'hom, Master Soumy, Keur Gui, Zeynab, Soumbill, Didier Awadi, Smockey, sont annoncés.

Cette 12e édition du festival coïncidera avec le 18e anniversaire de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo. Avec un ralentissement jugé inexplicable du dossier, une série d’activités est annoncée le 13 décembre, jour de commémoration. Il s’agira d’opérations « page noire » dans les journaux burkinabè, « 13 minutes de silence radio » à partir de 15h sur les radios, « 13 minutes d’écrans noirs » à 15h sur les chaînes de télé, et d’un sit-in silencieux devant le palais de justice à 15h.

La conférence tenue à l'ISIS, a connu la projection du film documentaire ‘’Espoir Démocratie ‘’. Un film de Gideon Vink, Inoussa Kabore, Abdoulaye Diallo, qui jette un regard sur le processus électoral du 29 novembre 2015 et la fin de la transition.

 

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite