Le Reporter

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Blaise Compaoré lui-même sait qu’il doit partir ! Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) semble résigné à se contenter désormais de gesticulations fébriles et de jeux d’enfants. Assommé par la débâcle du stade du 4-Août le 21 juin dernier, le CDP a du mal à se relever et devient pratiquement prévisible dans tout ce qu’il entreprend. En lieu et place d’une stratégie politique de soutien à son chef, plus que jamais seul face à son destin, le CDP persiste à jouer un disque rayé et définitivement hors usage. Il s’est trouvé une nouvelle façon d’amuser la galerie : instrumentaliser quelques individus en quête de publicité ou d’espèces sonnantes et trébuchantes pour annoncer en fanfare leur retour au CDP au détriment du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). Ce jeu peut sans doute faire du mal au MPP mais il amuse bien des observateurs et acteurs de la vie…
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Baise Compaoré et les siens persistent dans le double langage qui trahit le désarroi qui les hante depuis le début de l’année 2014. Plus personne ne se laisse séduire par leurs discours et leur jeu. Le disque est définitivement rayé aussi bien auprès de la communauté nationale qu’à l’échelle internationale. Le dernier séjour américain de Blaise Compaoré aura été celui de tous les espoirs déchus. Tous ses efforts pour incarner la paix et la stabilité politique institutionnelle au niveau national et régional ont butté à une farouche volonté du côté des yankees de rejeter catégoriquement le culte de l’indispensabilité. Mieux, Blaise Compaoré, contrairement aux chants de sirènes des courtisans, n’a pas été accueilli par les Américains comme il l’aurait souhaité. En tout et pour tout il n’a eu droit qu’à un bref tête-à-tête avec le Secrétaire d’Etat John Kerry, entretien au cours duquel son discours d’homme fort a essuyé un…
Évaluer cet élément
(1 Vote)
La nouvelle diversion de Blaise Compaoré et son Front républicain Depuis sa dernière interview exclusive accordée à notre confrère Jeune Afrique, les Burkinabè, même les plus sceptiques, sont désormais plus fixés sur l’état d’esprit réel de leur Président. Comme l’a écrit notre confrère Mutations, « il se moque de la Constitution du Burkina Faso » et même des Burkinabè. Mais en vérité, il ne trompe personne. A moins qu’il n’ait lui aussi, comme ses courtisans, perdu ce qui lui reste de lucidité, il doit savoir que le temps est venu de prendre sa retraite. Tout autre discours et stratagème est voué à l’échec et risque de plonger le pays dans les abîmes des pouvoirs suicidaires. Ce n’est certainement pas cette offre douteuse de dialogue par le non moins douteux Front républicain qui pourra relancer une machine défensivement grippée et hors d’usage.
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Blaise Compaoré a le choix entre transition pacifique et changement violent ! La situation sociopolitique burkinabè semble de plus en plus préoccuper la communauté internationale, notamment certaines chancelleries accréditées au pays des Hommes intègres. Certains ne cachent plus leur inquiétude. Cette inquiétude grandissante, tranche nettement avec l’insouciance des soutiens de Blaise Compaoré qui, contre vents et marrées s’entêtent à vouloir mettre le feu aux poudres. Si Blaise veut qu’ils mettent le feu au pays, ils le feront sans état d’âme. Ils ne savent pas faire autre chose que d’obéir et d’exécuter. De ces hommes et femmes qui crient référendum ou Blaise Compaoré partout, il ne faut certainement rien attendre ni espérer. Reste maintenant à savoir si Blaise Compaoré saura lucidement résister aux sirènes des courtisans irresponsables pour sauver son pays de la menace qui pèse sur sa précaire stabilité politique et institutionnelle. Rien n’est encore perdu. Mais il lui reste très…
Évaluer cet élément
(1 Vote)
On fait quoi maintenant ? Que va faire Blaise Compaoré maintenant ? Il avait besoin de montrer à la face du monde que le peuple est toujours mobilisé derrière lui. C’est fait avec les récentes ripostes de son parti et de ses partisans aux manifestations de l’opposition et ses bains de foules à l’intérieur du pays. L’on sait désormais que les deux camps mobilisent. On sait aussi comment chacun s’y prend et qui se fait rouler dans sa propre farine. Désormais, les consciences ne s’achètent pas si facilement au Burkina Faso, surtout à Ouagadougou. Comme il avait souhaité, le parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a effectivement réussi le pari de remplir le stade recto verso avec des intercalaires, le samedi 21 juin dernier, bien plus que l’opposition. Mais en l’espace de 20 mn, tout ce monde s’est évaporé, laissant au Secrétaire exécutif national du CDP, des…
Évaluer cet élément
(3 Votes)
Des signes évidents d’essoufflement et de fin de règne ! Depuis quelques mois, pouvoir et opposition se livrent une bataille à distance à travers des démonstrations de forces. Dans cette bataille pour ou contre le maintien de Blaise Compaoré à Kosyam après 2015, le pouvoir, sans s’en rendre compte, montre des signes évidents d’affaiblissement avec une incapacité notoire à anticiper sur les évènements. Réduit à courir derrière l’opposition, il semble gagné par une panique qui frise parfois l’affolement. En effet, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et tous les soutiens de Blaise Compaoré ne font que répondre aux initiatives de l’opposition. Elle remplit un stade, ils font aussi leur plein de stade. Ce sont des signes d’essoufflement, de fin de règne. Mais comme tout pouvoir finissant qui n’entend pas se rendre à l’évidence, il peut être très dangereux tant pour lui-même et ses acteurs que pour tous…
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Les placards de la justice Burkinabè viennent d’enregistrer un nouveau dossier de mort suspecte. Salifou Nébié, Magistrat de grade exceptionnel, ancien président des tribunaux populaires de la révolution (TPR), ancien ambassadeur du Burkina à la Havane (Cuba) a été retrouvé mort à Saponé, à une trentaine de kilomètres de Ouagadougou, seulement une heure après avoir quitté des amis pour rejoindre son domicile en sens opposé de là où il a été retrouvé.  Comme une trainée de poudre, la nouvelle envahit la capitale puis tout le pays. Très vite la thèse de l’assassinat politique est presque sur toutes les lèvres. Même la justice avait vite fait de parler d’homicide volontaire suite aux résultats du scanner post-mortem réalisé par un médecin Burkinabè.
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Attention à l’escalade criminelle ! Le Burkina Faso s’enlise progressivement dans le délitement total de l’Etat. Plus préoccupé par son maintien, le pouvoir semble progressivement abandonner les populations dans l’insécurité totale. L’escalade criminelle est en train de s’installer. L’administration tourne au ralenti du fait des grèves perlées et des courses effrénées à la recherche d’un bilan pour le programme quinquennal du Président. L’histoire rattrape le pouvoir Compaoré. Pendant un quart de siècle, le pays tout entier, sauf quelques voix discordantes vite éteintes, s’est laissé embarquer dans une falsification de l’histoire. On a ainsi hissé au plus profond de la conscience collective des héros auto-proclamés, devenus aujourd’hui de véritables boulets aux pieds de la république. Celle-ci est restée longtemps piégée par tant de renoncements, de terreurs, de roublardises, de mensonges et que savons-nous encore ? Les débats sur l’article 37 de la Constitution et la montée de la criminalité avec un énième…
Évaluer cet élément
(1 Vote)
On est bien parti pour des hostilités ! Le Chef de file de l’opposition politique (CFOB) a organisé une conférence de presse hier 15 mai à son siège. Pour Zéphirin Diabré, entouré de figures de proue de l’opposition burkinabè, dont Bénéwendé Stanislas Sankara, Ablassé Ouédraogo, Rock Marc Christian Kaboré, l’heure n’est plus à l’attentisme. Il faut passer à la vitesse supérieure. Car, la sortie de Blaise Compaoré à Réo, si elle ne surprend pas l’opposition politique, sonne comme de la provocation de trop. Ainsi, Zéphirin Diabré a convoqué les hommes de médias pour leur annoncer une batterie de mesures qui concourent à  barrer la route à ce qu’il considère comme une « forfaiture » du CDP et de ses partisans qui veulent violer la Constitution.
Page 1 sur 4

Nos fans sur Facebook

Compteur