-->

BAGARRE AUTOUR DU PROJET FOAD DE L'UNIVERSITE OUAGA II : Les étudiants entrent dans la danse

30 janvier 2018 Auteur :  

L'affaire n'est pas nouvelle. Elle avait été révélée dans nos colonnes il y a quelques temps. Une grosse bagarre juridico-administrative, sur fond de gros sous, opposant les responsables du projet de formation ouverte à dis­tance (FOAD) à la Direction de l'Université Ouaga II au sujet de la gestion dudit projet. Visiblement, cette affaire est bien loin de connaitre son épilogue. Premières victimes de la situation de blocage que vit le projet, les étu­diants, longtemps restés silencieux, ont décidé de donner de la voix.

 

Au total, ils sont 120 étudiants inscrits dans le cadre de la formation ouverte à dis­tance (FOAD), un projet initié par des professeurs de l'Université Ouaga 2. De ces 120 étudiants, on dénombre des étudiants venus de 15 pays. Ils sont Béninois, Burundais, Camerounais, Centrafricains, Congolais, Djiboutiens, Guinéens, Ivoiriens, Maliens, Mauritaniens, Tchadiens, Togolais, Malgaches, Haïtiens et Burkinabè. Ils sont les vic­times collatérales de la bagarre entre les respon­sables du FOAD et la Présidence de l'Université Ouaga 2, université où est logé le projet. Aujourd'hui, les 120 étu­diants sont dans une las­sante attente pour une formation qui tarde à prendre fin. Depuis mars 2015, c'est le silence total de la part de l'administra­tion. Les étudiants, après moult initiatives, ne savent toujours pas à quel saint se vouer.

Pourtant, dès le départ, les règles étaient claires et les promesses fermes. Mieux, chaque étudiant a signé un contrat avec l'Université Ouaga 2 et chaque partie s'est engagée à respecter sa part du contrat. Le calendrier était bien clair pour tous. Et voilà qu'une bagarre entre le président de l'université, le Pr Stanislas Ouaro, et les deux professeurs respon­sables de l'école de for­mation vient à naître au point que les deux parties intentent chacune une action en Justice contre l'autre autour des finan­ces et de la gestion qui en est faite mais aussi de la paternité du projet (ndlr : lire dans Le Reporter n°185 du 1er au 14 mars 2016, « Condamnation du président de l'Université Ouaga 2 : Les dessous d'une affaire de gros sous »). Sans doute, les étudiants sont aujour­d'hui, les parents pauvres de la situation.

Cette gué­guerre finira par porter un coup dur au cursus des étudiants. Que d'actions entreprises par ces der­niers ! Que de lettres ouvertes écrites au minis­tre en charge de l'ensei­gnement supérieur ! Il est même question d'une probable action en Justice des étudiants contre les responsables de l'Université Ouaga 2 afin de leur permettre non seulement de situer les responsabilités, mais aussi d'entrer dans leur droit. Mais c'est toujours le silence. « Ouaga 2 n'a daigné répondre à aucune de nos correspon­dances », déplorent les étudiants dans une lettre adressée au ministre Alkassoum Maiga qu'ils attendent de rencontrer. A ce dernier, ils demandent son implication afin de résorber cette crise. En outre, ils réclament la reprise de l'ensemble des formations bloquées, la poursuite de la formation conformément aux contrats et conventions, la délivrance des attestations d'admissibilité, le paie­ment des frais supportés du fait de la crise, le paie­ment de 20 millions FCFA à chaque étudiant en réparation des préjudices subis, etc.

En rappel, chaque étu­diant aura eu à payer pas moins d'un million pour la scolarité. Beaucoup subissent cette situation du fait qu'ils aient pris des engagements bancaires ou qu'ils aient rassuré leurs employeurs de com­pléter leur dossier d'em- bauche pour les diplômes qu'ils devaient avoir en moins de 12 mois. Affaire à suivre !

Aimé Nabaloum

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Diagnostic

  • PUTSCH MANQUE DE SEPTEMBRE 2015 : Le tango tango des deux Généraux Diendéré et Bassolé
    • mercredi 31 janvier 2018

    Le dossier du coup d'Etat manqué du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) ne finit pas avec ses surprises. Au moment où l'on est en train d'amorcer l'avant dernier virage vers le procès, à travers les audiences de confir­mation des charges, le Général Diendéré et ses conseils ont sorti une nouvelle parade.

    in Diagnostic
  • TROIS ANS APRES L'INSURRECTION POPUUIRE : Le Burkina a toujours mal à sa gouvernance et à sa classe politique
    • mardi 30 janvier 2018

    Le Burkina Faso va mal et même très mal. Et ce n'est pas être alarmiste de le dire. C'est un constat. Le pays a mal à sa gouvernance, à sa classe politique dans son ensemble, à sa société civile et à ses citoyens, individuellement et collectivement. Trois ans après l'insurrection populaire qui était pourtant censée offrir de nouvelles perspectives politiques, institutionnelles et socioéconomiques pour la grande masse des Burkinabè, le pays continue de tanguer, de patauger des eaux marécageuses.

    in Diagnostic
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite