-->

PRIX NORBERT ZONGO DU JOURNALISME D'INVESTIGATION : Mayah du Nigeria remporte le Sebgo d'Or

31 janvier 2018 Auteur :  

Le vendredi 10 novembre 2017, les meilleures productions journalistiques ont été primées à l'occasion d'une soi­rée gala organisée à cet effet, et présidée par le ministre de la Communication Remis Fulgance Dandjinou. A l'is­sue des proclamations des membres du jury des différents concours, les noms des lauréats ont été dévoilés. Voici le palmarès.

 

  • Prix Norbert Zongo du journalisme d'investi­gation

Catégorie Presse écrite : Emmanuel Mayah du Nigeria

Prix: lmillion FCFA + 1 tro­phée + une attestation

Catégorie Radio : Clémence Tuina de la RTB radio avec son œuvre «Esclave un jour, esclave toujours»

Prix: 1 million + 1 trophée + une attestation

Sebgo d'Or : Emmanuel Mayah du Nigeria Prix: 1 million + 1 trophée + une attestation

  • Prix de la meilleure journa­liste

- Abibata Wara, «Carrefour Africain, avec son œuvre « Logements sociaux de Bassinko, l'arnaque sous de bonnes intentions ». Prix : 1 million FCFA + un trophée + une attestation.

- Prix spécial, Clémence Tuina, Radio Burkina : «Esclave un jour, esclave toujours».

Prix 500 mille FCFA + 1 attestation

  • Prix de la meilleure photo

Adjata Kaboré, journaliste indépendante, avec la photo « Tu ne filmes pas »

Prix : 400 000 F CFA + une attestation

  • Prix d'encouragement

-Christian Loka du Cameroun : ''C'est juste du business que de blanchir du diamant sur le marché mon­dial''

Prix: 500 mille FCFA

-Patrick Mayoyo du Kenya : ''La société des chemins de fer sous investigation après les milliards de la Banque mondiale''.

Prix: 500 mille FCFA

Le Reporter

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Diagnostic

  • PUTSCH MANQUE DE SEPTEMBRE 2015 : Le tango tango des deux Généraux Diendéré et Bassolé
    • mercredi 31 janvier 2018

    Le dossier du coup d'Etat manqué du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) ne finit pas avec ses surprises. Au moment où l'on est en train d'amorcer l'avant dernier virage vers le procès, à travers les audiences de confir­mation des charges, le Général Diendéré et ses conseils ont sorti une nouvelle parade.

    in Diagnostic
  • TROIS ANS APRES L'INSURRECTION POPUUIRE : Le Burkina a toujours mal à sa gouvernance et à sa classe politique
    • mardi 30 janvier 2018

    Le Burkina Faso va mal et même très mal. Et ce n'est pas être alarmiste de le dire. C'est un constat. Le pays a mal à sa gouvernance, à sa classe politique dans son ensemble, à sa société civile et à ses citoyens, individuellement et collectivement. Trois ans après l'insurrection populaire qui était pourtant censée offrir de nouvelles perspectives politiques, institutionnelles et socioéconomiques pour la grande masse des Burkinabè, le pays continue de tanguer, de patauger des eaux marécageuses.

    in Diagnostic
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite