-->

SYNTSHA/MINISTERE DE LA SANTE Un accord signé in extremis

10 juillet 2017 Auteur :  

Au cours d’une conférence de presse en début d’année, le Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) menaçait déjà d’aller en grève. Cette menace allait être une réalité suite au mot d’ordre de grève lancé pour 72 h, du 14 au 17 mars 2017, quand le ministère de la Santé a initié des concertations. Un accord sera signé in extremis le 14 mars 2017, entre les parties à l’issue des concertations.

Le protocole d’accord signé entre le SYNTSHA et le ministère de la Santé a permis d’échapper à une autre grève des agents de santé. Selon le Secrétaire général du SYNTSHA, Pissyamba Ouédraogo, les engagements pris par le ministère sont acceptables. Cependant, il convient de faire remarquer que lesdits engagements devraient être rigoureusement suivis. On note quelques grands points dans l’accord issus de la plateforme revendicative du syndicat. Il s’agit des points concernant la carrière des agents, les conditions de travail, la participation des travailleurs au fonctionnement et à la gestion des services, les rémunérations, l’effectivité de la gratuité des soins au profit des enfants de moins de cinq ans et des femmes enceintes et sans conteste l’épineuse question de la CAMEG. Il ressort également que d’ici 2020, il sera procédé à la construction d’un hôpital de grande capacité à Ouagadougou, d’un nouvel hôpital universitaire à Bobo-Dioulasso, la transformation du centre médical avec antenne chirurgicale de Pissy en hôpital de district ainsi que celui de Ouahigouya qui deviendra un hôpital de district. A propos des rémunérations des agents, il est ressorti qu’une loi à venir, dite loi de la Fonction publique hospitalière, devrait l’étudier.

Pissyamba Ouédraogo a alors expliqué qu’un comité composé des deux parties évaluerait régulièrement l’application et la mise en œuvre des engagements pris par le gouvernement.

Si cet accord signé par les protagonistes permet d’échapper à une grève dans le secteur de la santé, le SG du SYNTSHA fait remarquer qu’il ne s’agit nullement d’une trêve, ni d’une fin en soi. Car, « si à un moment donné, nous sommes méprisés par le gouvernement où de nouvelles situations se présentent, il n’est pas exclu que nous allions en grève », foi du SG.

AN

Aimé Nabaloum

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Diagnostic

  • PUTSCH MANQUE DE SEPTEMBRE 2015 : Le tango tango des deux Généraux Diendéré et Bassolé
    • mercredi 31 janvier 2018

    Le dossier du coup d'Etat manqué du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) ne finit pas avec ses surprises. Au moment où l'on est en train d'amorcer l'avant dernier virage vers le procès, à travers les audiences de confir­mation des charges, le Général Diendéré et ses conseils ont sorti une nouvelle parade.

    in Diagnostic
  • TROIS ANS APRES L'INSURRECTION POPUUIRE : Le Burkina a toujours mal à sa gouvernance et à sa classe politique
    • mardi 30 janvier 2018

    Le Burkina Faso va mal et même très mal. Et ce n'est pas être alarmiste de le dire. C'est un constat. Le pays a mal à sa gouvernance, à sa classe politique dans son ensemble, à sa société civile et à ses citoyens, individuellement et collectivement. Trois ans après l'insurrection populaire qui était pourtant censée offrir de nouvelles perspectives politiques, institutionnelles et socioéconomiques pour la grande masse des Burkinabè, le pays continue de tanguer, de patauger des eaux marécageuses.

    in Diagnostic
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite