Le Reporter - Bimensuel d'enquêtes et de reportages

C’est la question qui s’impose lorsqu’on finit de prendre connaissance de ce qui s’est passé au ministère en charge des transports, au sujet de ce marché public concernant le recrutement d’un prestataire privé pour la modernisation et la sécurisation des titres de transports et la réimmatriculation des véhicules au Burkina Faso. Difficile de comprendre l’attitude du gouvernement dans la gestion de ce dossier hautement sensible et engageant d’énormes ressources publiques.

Le Burkina Faso subit depuis deux ans maintenant, des incursions meurtrières de groupes terroristes. Jusque-là, les principales cibles de ces attaques, excepté celle du 15 janvier 2016 à Ouagadougou, sont les forces de défense et de sécurité. La dernière en date est l’attaque de Nassoumbou en décembre dernier, qui a causé la mort de 12 jeunes soldats et qui a suscité l’émoi et la colère légitime populaire.

En observant le comportement de certains dans la gestion de la chose publique, on se demande parfois si elles ont une réelle conscience de l’importance de la responsabilité qui est la leur en tant qu’agent public. C’est à croire que certains sont venus juste pour travailler à mettre à mal l’état des finances publiques.

Ouf ! Leschoses semblent bouger du coté de la justice ! Après avoir annoncé la decision prise lors de sa session du 28 juillet 2016, le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) a effectivement mis en place une commission d’enquêtes sur les accusations de corruption impliquant des magistrats. Composée de 6 membres, cette commission doit « mener des investigations d’une part, sur divers cas d’allégations de manquements à la déontologie et à l’éthique par certains magistrats, et d’autre part, sur des affaires judiciaires ayant fait l’objet de dénonciations, notamment par voie de presse, mais restées sans clarification ».

Diagnostic

  • PUTSCH MANQUE DE SEPTEMBRE 2015 : Le tango tango des deux Généraux Diendéré et Bassolé
    • mercredi 31 janvier 2018

    Le dossier du coup d'Etat manqué du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) ne finit pas avec ses surprises. Au moment où l'on est en train d'amorcer l'avant dernier virage vers le procès, à travers les audiences de confir­mation des charges, le Général Diendéré et ses conseils ont sorti une nouvelle parade.

    in Diagnostic
  • TROIS ANS APRES L'INSURRECTION POPUUIRE : Le Burkina a toujours mal à sa gouvernance et à sa classe politique
    • mardi 30 janvier 2018

    Le Burkina Faso va mal et même très mal. Et ce n'est pas être alarmiste de le dire. C'est un constat. Le pays a mal à sa gouvernance, à sa classe politique dans son ensemble, à sa société civile et à ses citoyens, individuellement et collectivement. Trois ans après l'insurrection populaire qui était pourtant censée offrir de nouvelles perspectives politiques, institutionnelles et socioéconomiques pour la grande masse des Burkinabè, le pays continue de tanguer, de patauger des eaux marécageuses.

    in Diagnostic
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite