Boureima Ouédraogo

Boureima Ouédraogo

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En ces circonstances douloureuses, l’heure est au discours convenu, le plus souvent empreint d’hypocrisie. Au-delà de l’émotion et du choc, ces circonstances interpellent fortement les consciences individuelles et collectives sur l’impératif de sortir de cette longue inertie politico-institutionnelle et des tensions de toutes sortes qui ont fragilisé l’Etat et ses institutions, mis en péril la sécurité des citoyens et de leurs biens.

Démissionnera, démissionnera pas ? C’est la question que bien des observateurs se posent par rapport au président du Haut Conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN), Benoît Kambou, dont la démission était exigée par la majorité des membres dudit Conseil. Depuis, sa démission imminente avait été annoncée plusieurs fois, par la presse.

Les récents évènements liés aux grèves des routiers, des agents du Trésor et des Impôts doivent interpeller le président du Faso et la communauté nationale sur l’impératif de donner une chance au pays de se relever, de sortir de l’Etat patrimonial et de l’économie des mafieux vers la construction d’un nouveau pacte républicain et une reconstruction du tissu socioéconomique national.

C’est officiel ! Depuis mai 2017, François Compaoré, comme son frère Blaise, est recherché par la Justice de son pays. Le juge en charge du dossier Norbert Zongo a lancé un mandat d’arrêt international contre lui. Il est officiellement suspecté d’avoir incité à l’assassinat du fondateur de L’Indépendant, feu Norbert Zongo, qui enquêtait sur la mort de son chauffeur, torturé à mort au Conseil de l’Entente (alors camp de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle).

La scène politique a connu une animation particulière ce dernier weekend du mois de juillet 2017. A lui seul, le député Laurent Bado, propriétaire, pardon, fondateur du Parti de la renaissance nationale (PAREN), a fait l’actualité politique, reléguant au second plan les sorties des plus hautes personnalités de l’Etat (Président du Faso, Premier ministre,  président de l’Assemblée nationale, présidents d’institutions,  membres du gouvernement, etc.) à l’Ouest du pays.

Le bras de fer qui oppose le gouvernement au Syndicat des agents du trésor du Burkina (SATB) et au Syndicat national des agents des impôts et des domaines (SNAID) semble avoir pris une tournure inattendue. Le 29 mai dernier, devant caméras, micros et flashes des hommes de médias, le gouvernement et le SATB avaient signé un accord marquant la fin des semaines de grèves et de sit-in.

Page 1 sur 4

Diagnostic

  • ATTENTAT TERRORISTE DU 13 AOÛT 2017: Il faut en tirer enfin les leçons de la faillite de l’Etat !
    • vendredi 29 septembre 2017

    En ces circonstances douloureuses, l’heure est au discours convenu, le plus souvent empreint d’hypocrisie. Au-delà de l’émotion et du choc, ces circonstances interpellent fortement les consciences individuelles et collectives sur l’impératif de sortir de cette longue inertie politico-institutionnelle et des tensions de toutes sortes qui ont fragilisé l’Etat et ses institutions, mis en péril la sécurité des citoyens et de leurs biens.

    in Diagnostic
  • BRAS DE FER GOUVERNEMENT/SYNDICATS DU TRESOR ET DES IMPÔTS: Si loin du peuple et de sa misère noire !
    • vendredi 29 septembre 2017

    Le bras de fer qui oppose le gouvernement au Syndicat des agents du trésor du Burkina (SATB) et au Syndicat national des agents des impôts et des domaines (SNAID) semble avoir pris une tournure inattendue. Le 29 mai dernier, devant caméras, micros et flashes des hommes de médias, le gouvernement et le SATB avaient signé un accord marquant la fin des semaines de grèves et de sit-in.

    in Diagnostic
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite