Le Reporter

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Haro sur ces chefs qui déshonorent leur titre ! Ils étaient 212 chefs coutumiers de la province du Kadiogo à effectuer le déplacement sur le parvis du palais du Larlé Naba Tigré ce 23 mars 2014 à Ouagadougou. Objectif, apporter leur soutien au Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). La direction du parti a été représentée par le 2e vice-président, chargé des relations extérieures, Simon Compaoré. Le discours était poignant, direct et riche en boutades. Le CDP et « les chefs coutumiers qui déshonorent leur titre » en ont eu pour leur grade.
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Les raisons d’une fusion Le Mouvement du peuple pour le socialisme/Parti fédéral a tenu un congrès extraordinaire le 29 mars dernier à l’INJEPS. A l’ordre du jour, la fusion du parti du « chat noir » de Nayala , Dr Emile Pargui Paré, avec le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), conformément aux textes fondamentaux du parti. Emile Paré, le concepteur de « la stratégie de l’araignée comme stratégie de mobilisation politique », a donné les raisons de cette fusion à l’issue des travaux du congrès qui a réuni les membres du parti.
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Quand l’UPC se réjouit de la défaite du CDP  La reprise des élections municipales a donné encore plus d’assises politiques à l’Union pour le progrès et le changement (UPC). Dans tous les cas, c’est le moins que l’on puisse dire au regard des résultats dont dispose la Direction nationale en charge des consultations électorales du parti. Lesdits chiffres communiqués par la CENI et confirmés par le Conseil d’Etat renforcent l’UPC, à en croire Nathanaël Ouédraogo, Directeur national des consultations électorales, et mieux, ils sont la preuve que leur parti est devenu une force politique qui compte. Sur l’ensemble des communes dans lesquelles il y avait la reprise des élections, l’UPC était présente sauf dans une, la commune de Pensa, dans le Sanmatenga, où le parti soutient le maire sortant du RDS. Quant aux résultats définitifs, c’est à Dandé dans le Houet et à l’arrondissement 4 de Ouagadougou que le parti…
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le Consul impliqué dans un « deal » de 120 millions L’affaire paraît invraisemblable. Le consul honoraire du Burkina à Pointe-Noire, en République du Congo (Brazzaville), Souley Ouédraogo, accusé d’avoir abusé de la confiance de deux de ses compatriotes, Karim Nougtara et Harouna Savadogo, tous deux commerçants résidant dans la deuxième ville de ce pays. L’affaire porte sur la rondelette somme de 120 millions F CFA, destinée à un projet d’exportation de bétails du Burkina vers le Congo et d’autres pays d’Afrique centrale. Cela fait près de 5 ans que le contentieux dure. Les deux infortunés, ruinés totalement, selon leurs propres dires, sont rentrés au pays et vivent le calvaire. Pourtant, c’est suite à une mission du ministère des Affaires étrangères à Pointe-Noire que les deux parties ont convenu de rentrer laver le linge sale en famille. Un protocole d’accord a été signé sous l’égide de la mission du ministère qui devait…
Évaluer cet élément
(0 Votes)
« Elle conduit à la démence si elle n’est pas prise en charge », selon Dr Ouoba Palamanga La prévalence de l’hypertension artérielle est élevée au Burkina. Nous avons donc voulu en savoir davantage sur cette maladie : ses causes, ses conséquences et comment faire pour l’éviter. Pour ce faire, nous avons interrogé Dr Ouoba Palamanga, médecin. De ce que nous apprenons avec Dr Ouoba, cette maladie a des conséquences néfastes sur certains organes. Sa non- prise en charge pourrait même conduire à la démence. Lisez plutôt.
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Entre volonté de la sécurisation et racket des usagers Sur fond de volonté de renforcer la sécurité, menaces terroristes au Sahel obligent, les postes de contrôle du trafic routier se sont multipliés sur les grands axes ces dernières années. A des intervalles très réduits, les postes de contrôle de gendarmerie ou de police se sont mis en place. C’est le cas de l’axe Ouaga-Fada, où au moins 5 postes de contrôle se disputent le tronçon long seulement de 200 Km. Sans compter les postes de contrôle classiques comme la douane et les péages. A chaque halte, le chauffeur ou son apprenti doit descendre pour aller présenter les documents du véhicule aux agents de force de l’ordre, souvent postés derrière les portières de leur véhicule de service. Mais derrière ces portières, se passent souvent des choses très peu catholiques. Des agents perçoivent illicitement des sous des transporteurs. Un voyage à bord…
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le MPP lance l’assaut sur Kossyam depuis Bobo-Dioulasso ! Samedi 1er mars 2014, sur le Boulevard de l’Indépendance à Bobo-Dioulasso, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a tenu son premier meeting régional depuis sa création en janvier dernier. Ce meeting a mobilisé un monde impressionnant dans une ville de Sya que l’on disait restée fidèle au Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Le MPP y est donc allé défier le CDP, cité dans toutes les interventions comme l’ennemi public N°1 de la démocratie burkinabè. De Sya, le Président du MPP, Roch Marc Christian Kaboré, Salif Diallo (1er Vice Président), Simon Compaoré, Issa Dominique Konaté (coordonnateur régional des Haut-Bassin), les représentants des anciens, des jeunes, des femmes ont unanimement proclamé la fin du CDP et l’avènement irréversible du changement en 2015.
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dans la galère des bénéficiaires Etre propriétaire d’un logement fait sans aucun conteste partie des rêves les plus fous que l’on puisse caresser au Burkina Faso. Les coûts hors de portée des parcelles, ceux des matériaux de construction, conjugués avec l’absence, au niveau bancaire, de produit financier attractif et adapté aux questions de logement, ont obligé la majorité des travailleurs burkinabè à vivre dans des maisons de location, dans la hantise de bailleurs le plus souvent sans scrupules. C’est dans un tel contexte que les pouvoirs publics ont procédé depuis peu à la construction de logements sociaux à travers notamment, le programme 10.000 logements. Les premières tranches ont été livrées. Un détour dans ces logements censés soulager un tant soit peu les demandeurs laisse voir une réalité peu reluisante.
Évaluer cet élément
(0 Votes)
La CGT-B pour un réexamen du salaire minimum Depuis les émeutes contre la faim au mois d’avril 2008, c’est un euphémisme que de dire que le coût de la vie est en hausse au Burkina Faso. Tant l’existence est insupportable pour le travailleur burkinabè. Dans sa mission de défense des intérêts matériels et moraux des travailleurs, la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B) est parvenue à la conclusion que pour plus d’efficacité dans ses négociations avec l’Etat, il lui faut maîtriser les conditions de vie des populations en prenant appui sur des éléments scientifiques. D’où une étude statistique sur le coût de la vie ainsi que le pouvoir d’achat des ménages, au Burkina Faso. Les résultats de cette enquête ont été présentés à la presse le 08 février dernier. Il en ressort qu’un réexamen du salaire minimum s’impose.
Page 1 sur 5

Documents

  • Doc 1

  • Doc 2

  • Doc 3

  • Doc 4

  • Doc 5

  • Doc 6

  • Doc 7

  • Doc 8

Newsletter

Compteur