Le Reporter

Évaluer cet élément
(0 Votes)
La grosse pilule des chefs d’Etat passera-t-elle ? Décidément, la grave crise qui tenaille l’UEMOA est loin de connaître son épilogue. Cette crise au centre de laquelle se trouve la Cour de justice de l’institution, basée à Ouagadougou. Cette Cour manifestement prise en otage par certaines personnes, mises en cause dans des dossiers pendants devant elle et n’ayant pas intérêt à ce qu’elle statue sur lesdits dossiers. Depuis des mois, des manœuvres des plus sordides ont été multipliées (Cf. nos précédents articles sur le sujet) pour démanteler la Cour, au grand mépris des textes fondamentaux de l’Union et de la règle de droit. Jusque-là, ces manœuvres ont rencontré une farouche résistance de certains membres de la Cour et de certains chefs d’Etat, épris de justice et attachés au principe de l’indépendance de la justice. Le dernier sommet de Cotonou était très attendu sur le dossier. Mais visiblement, ce sommet aura été…
Évaluer cet élément
(0 Votes)
L’Etat a perdu inutilement plus de 3 milliards FCFA En début d’année 2015, le ministre des Mines et de l’Energie, sous le régime de transition, le Colonel Boubakar Ba, prenait la décision, bien lourde de conséquences, de procéder à la suspension des activités de la société Pan African Burkina, exploitante de la mine de manganèse de Tambao, dans la région du Sahel. Le ministère est soupçonné de vouloir retirer l’exploitation de la mine à Pan African au profit d’une autre entreprise, on ne sait trop à quel prix. S’engage alors un long bras de fer, sur fond de contestation de cette décision, jugée arbitraire et contraire aux termes de l’accord cadre de partenariat, signé par les deux parties. Finalement, à la veille de son départ de la tête du département, fin de la Transition oblige, le Colonel Ba a dû reculer. Par une lettre en date du 18 décembre 2015,…
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Tout commence en ce début de soirée du 15 janvier 2016 par une banale rumeur de coups de feu entendus par certains témoins au centre-ville de Ouagadougou. Ce jour-là, le tournoi de football interrédactions organisé par la Radio nationale du Burkina, dans le cadre de ses journées portes ouvertes, avait réuni un grand nombre de journalistes sur le plateau omnisport, situé en face de l’aéroport, donc à un jet de pierre de l’Hôtel Splendid. Au moment où nous quittions le plateau omnisport, à la fin du tournoi, aux environs de 19 heures, la rumeur commençait à se faire de plus en plus persistante. « C’est chaud sur l’Avenue Kwamé N’Krumah ; ça tire là-bas ». Avertissent certains usagers de la route en provenance de la zone. Pourtant pas grand monde n’avait entendu ces coups de feu. Sur place, certains tentent de banaliser en parlant de pétards… Par curiosité, nous décidons…
Évaluer cet élément
(0 Votes)
L’ancien DG adjoint des douanes bientôt devant le juge ? Ils étaient des amis, des inséparables et pas seulement cela, ils sont même des frères, portant le même patronyme. Ils ont fait leur jeune âge ensemble à Ouagadougou. Si dans leur jeunesse et dans un passé récent, l’un ne pouvait pas dormir sans voir l’autre, aujourd’hui, leurs chemins ne se croisent pratiquement plus. Manifestement, les deux hommes se vouent présentement une inimité indicible. Que s’est-il passé entre- temps ? Dans les années 2000, l’ex-DGA des douanes, William Kaboré, initiait des chantiers de construction à Ouagadougou. Plusieurs chantiers ouverts au même moment, apprend-on. N’ayant le temps nécessaire pour les suivre, mais aussi par souci de discrétion, il se rapproche de son ami d’enfance, devenu son confident, Christophe Kaboré, à qui il confie la gestion de ses chantiers.
Évaluer cet élément
(0 Votes)
« Nous sommes enfin sur la bonne piste », Me Sankara Candidat malheureux à la dernière élection présidentielle, Avocat dans plusieurs dossiers judiciaires importants, tels les dossiers Thomas Sankara et Norbert Zongo, Me Bénéwendé Stanislas Sankara aura eu un calendrier des plus chargés ces dernières semaines. Nous l’avons rencontré, à son cabinet sis quartier 1200 logements de Ouagadougou, le 12 décembre dernier, veille de la commémoration du 17e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo. Des derniers développements dans le dossier du journaliste assassiné, de ses performances lors du dernier scrutin présidentiel, mais aussi de sa probable alliance avec le MPP de Roch Marc Christian Kaboré, vainqueur des élections, il a bien voulu échanger avec nous. D’emblée, il affirme au regard de la dernière tournure prise par le dossier Norbert Zongo, que celui-ci est enfin sur la bonne voie. Entretien.
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Le 4 décembre 2015, le Premier ministre Yacouba Isaac Zida procédait au lancement officiel des travaux de construction de l’échangeur du Nord, à Ouagadougou. L’événement retient les attentions. Longtemps annoncée, plusieurs fois reportée, la mise en route de ce grand projet routier urbain suscite de grands espoirs au sein des populations, particulièrement les usagers de la route dans la partie nord de la capitale. 70 milliards FCFA, c’est ce que l’Etat burkinabè devra payer à l’entreprise SOGEA SATOM, pour voir la construction clés en mains de l’échangeur se concrétiser. A-t-on appris à l’occasion de la cérémonie de lancement des travaux, ce 4 décembre. Mais un coup d’œil sur certaines pièces du projet et l’on reste songeur. Le marché signé entre l’Etat burkinabè et l’entreprise attributaire, tout comme le régime fiscal appliqué au marché posent problème.
Évaluer cet élément
(0 Votes)
L’autre mauvaise conscience de la Transition Le dossier de la mine de manganèse de Tambao fait sans conteste partie des nombreuses patates chaudes que le gouvernement de transition s’apprête à refiler au nouveau régime à venir au Burkina Faso. Une mine bloquée depuis plusieurs mois dans des conditions assez troubles, par le ministère en charge des mines. Dans notre dernier article sur le sujet, paru dans Le Reporter 176 du 15 octobre dernier, nous évoquions les intrigues et autres faux-fuyants en cours dans la gestion du dossier. Jusque-là, c’est le statu quo, aucune avancée notable dans ce dossier où le choc d’intérêts personnels de certains cloue au pilori des centaines de travailleurs et fait perdre beaucoup à l’Etat.
Évaluer cet élément
(2 Votes)
Il y en a encore d’autres plus accablantes L’affaire continue de faire des vagues en Côte d’Ivoire. Et comme nous l’écrivions dans notre précédente édition, il n’y a pas de fumée sans feu. Les enregistrements de supposées conversations téléphoniques Guillaume Soro et Djibrill Bassolé, mis en ligne par Théophile Kouamouo (un journaliste camerounais) continuent de troubler le sommeil de l’ancien chef rebelle devenu président de l’Assemblée nationale en Côte d’Ivoire. Ça ne fait que commencer. Au lendemain de la diffusion de cet enregistrement, lui et ses communicants ont cru bon de reproduire un autre enregistrement censé être la version originale qui aurait subi des montages et des trucages. Ils confirment donc le fait qu’il y ait eu des conversations téléphoniques (plusieurs fois, semble-t-il). Cette version de 4 minutes serait donc l’originale qui a été refaite et remontée pour donner une conversation de 16 minutes.
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Bientôt des pupilles de la Nation Le document n’est pas encore officiel, la loi n’étant pas encore promulguée. Il est d’une importance capitale et tombe à une période toute aussi capitale de la vie de la Nation. Nous avons choisi d’en parler à l’occasion de ce premier anniversaire de l’insurrection populaire. Que dit-il ? Il est question de « pupille de la Nation ». Au Conseil national de la transition (CNT), la question a préoccupé certains députés qui ont décidé de créer une loi. Pourquoi ? A certaines occasions dues à des « opérations de guerre ou de sécurité à l’intérieur comme à l’extérieur du territoire national, à l’accomplissement de missions en service commandé ou de devoir vis-à-vis de la Nation, au sacrifice de dignes filles et fils de la patrie pour que triomphe les nobles idéaux du peuple », certains enfants du pays meurent. Que faire des orphelins, veufs, veuves, ayants droit de ceux-ci morts…
Page 1 sur 12

Nos fans sur Facebook

Compteur