-->

La vraie réconciliation va de soi !

02 août 2017 Auteur :  

Parfois, c’est même la victime qui va vers son bourreau pour lui dire c’est fini, je te pardonne, j’oublie tout ce que tu m’as fait, nous allons faire la paix. Mais cela n’est possible que lorsque le bourreau, par des actes de repenti concrets et sincères, arrive à toucher et désarmer le cœur de sa victime. On ne force pas une réconciliation. La justice et la vérité ont, de tout temps, été le passage obligé pour la réconciliation. Que chacun se le tienne une fois de plus pour dit. Ce triptyque ne saurait être bouleversé et espérer une véritable réconciliation. L’histoire récente de ce pays est là pour l’attester, avec notamment l’expérience de la brumeuse Journée nationale de pardon de 2001. Malgré les milliards injectés dans cette parodie, l’on est toujours à la recherche du véritable pardon et de la réconciliation. On ne peut pas ruser avec ce triptyque. Quand on leur dit cela, les apôtres de la fameuse réconciliation s’empressent de dire que leur démarche n’exclut pas la justice et la vérité. Mais pourquoi sont-ils si pressés ? S’ils souscrivent à cela, pourquoi ne peuvent-ils pas patienter pour laisser la justice et la vérité se dire d’abord avant de parler de la réconciliation ? Personne n’est dupe. En 2001, lorsque la même critique avait été formulée, on avait servi la même rengaine. Mais la suite, chacun la connait.

Par Y. Ladji BAMA

Y. Ladji Bama

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite