-->

S/P MODERNISATION DE L’ADMINISTRATION ET BONNE GOUVERNANCE : Vite, un examen à la loupe de la gestion des missions

06 décembre 2016 Auteur :   Amélie GUE

En juillet 2016, 5 personnes sont désignées dans un ordre de mission pour l’enrôlement biométrique des élèves en fin de cycle des ENEP. La période du 4 au 5 juillet était alors choisie pour la mission à Loumbila (Région du Plateau central), et celle du 7 au 14 juillet pour Gaoua (Région du Sud-Ouest), Bobo- Dioulasso (Région des Hauts- Bassins) et Dédougou (Région de la Boucle du Mouhoun). Deux personnes, Jean Bougma, chef du département des finances et de la logistique, et Odette Niamba, directrice des ressources humaines, dont les noms figurent sur la liste des participants, n’effectueront pas le déplacement. Les raisons ? La mission a coïncidé avec la tenue du Conseil national de la modernisation, évènement dont la tenue était connue de même que la mission. Les intéressés soutiennent être restés pour organiser cet évènement qui devrait connaître la présence du Premier ministre.

Ont-ils pris les frais de missions ? Leur réponse est catégorique : «Non !». Ils n’y ont pas touché. «Je ne suis pas sortie, je n’ai pas touché de frais de mission». Laisse entendre, très sérieuse, dame Nyamba. «Si on ne prend pas part à une mission, on ne perçoit pas. Je n’ai pas perçu». Martèle, pour sa part, Jean Bougma. Mais il y a un hic.

Après les deux agents, nous voilà devant le premier responsable de la maison. Le Secrétaire permanent, M. Dingara. Sur le même sujet, il n’est pas sur les mêmes longueurs d’onde que les deux agents. Ces derniers ont bel et bien perçu l’argent dans le cadre desdites missions. Mais ils l’auraient remboursé par la suite. Fait-il vite d’ajouter. Y at- il une preuve de ce remboursement ? Sur cette question, le S/P nous présente une fiche (apparemment de payement) sur laquelle les deux noms figurent. Mais des croix sont marquées au stylo rouge devant les deux noms. En dessous, une note écrite à la main stipule que les intéressés ont remboursé la somme prise.

Cela suffit-il ? En tout cas, ces indices confortent certains bruits faisant état de pratiques bizarres dans la gestion des missions dans cette maison. A noter que les états des missions sont élaborés par le service comptabilité dont le responsable n’est autre que Jean Bougma. Ce dernier aura son nom sur un autre ordre de mission pour un atelier de la Banque mondiale, tout juste après le Conseil national, soit le 12 juillet. Le même nom qui se trouve sur 2 ordres de missions dans la même période.

Néanmoins, le S/P a fait le constat. Toutefois, il assure que l’intéressé ne peut pas avoir pris les deux frais de missions. «Ce n’est pas possible». Ajoute-t-il la main sur le coeur. A en croire certaines informations, dans la maison, les mêmes noms se retrouvent fréquemment sur des ordres de missions. Le 25 août 2016, jour de notre rencontre avec Jean Bougma et madame Nyamba au siège de l’institution, à Ouagadougou, leurs noms étaient inscrits sur une autre mission qui était en cours à Koudougou. Le SP a une explication à cela. L’un étant le financier, il n’est pas tenu d’être présent à la mission en même temps que les autres. Justifie-t-il. Quant à la DRH, la période devrait avoir coïncidé avec les problèmes de santé de son géniteur, foi de M. Dingara. «On ne peut pas dire que si ton nom est sur un ordre de mission, que tu aies une contrainte ou pas, tu es forcé d’aller à la mission. C’est difficilement tenable ».

Toujours est-il que la gestion des missions dans cette maison suscite des gorges chaudes. Sans doute qu’il faut que les contrôleurs d’Etat y jettent un coup d’oeil. Cela aurait le mérite de situer tout le monde et mettre fin à toutes les spéculations en cours.

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite