Votre pub ici  !

UNION AFRICAINE : Paul Kagamé réussira-t-il la transformation de l’institution ?

15 avril 2018 Auteur :   Nerwatta KAFANDO

Du 28 au 29  janvier dernier, Addis  Abbeba la capitale éthiopienne a accueilli le 30e sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA).

Au terme de ce sommet, le président rwandais, Paul Kagamé, jusqu’alors chargé par ses pairs de conduire les réformes de l’UA, a été désigné président en exercice de l’Organisation continentale. Crédité d’un succès dans la gouvernance et le développement de son pays, le président rwandais expérimentera sa méthode à la tête de l’institution panafricaine.

Le Président Kagamé succède donc au président guinéen Alpha Condé à la présidence en exercice de l’Union africaine. Sur proposition du président tchadien, Idriss Déby Itno, alors président en exercice de l’UA, Paul Kagamé a été désigné par ses pairs depuis juillet 2016 pour mener à bien les réformes. Beaucoup s’attendaient logiquement, à ce qu’il  fasse de l’Union  africaine ce qu’il a fait de son pays. Parmi les réformes prévues, l’on peut noter la création d’une zone de libre-échange continental, le marché unique du transport aérien, le passeport africain, l’indépendance financière de l’UA vis-à-vis des pays donateurs, avec l’instauration d’une taxe de 0,2% prélevée sur les importations des produits éligibles. A cela l’on  peut ajouter les questions d’actualité comme celle de la migration conduite par le Roi du Maroc ; la lutte contre le changement climatique et contre la faim en Afrique, etc.

Et déjà, dans son discours de prise de fonction, il a indiqué la voie. Comme pour aller vite dans la mise en œuvre des réformes, le nouveau président en exercice de l’UA a donné rendez-vous à ses pairs au mois de mars 2018 à Kigali au Rwanda, pour un Sommet extraordinaire qui va se pencher sur la question de la zone de libre-échange que l’UA veut mettre en place.

Pour accélérer ces réformes et l’adoption de certaines décisions, Kagamé a mis en place son propre dispositif, sa propre méthode et démarche. Au lieu d’attendre les sommets des chefs d’Etat avec toutes les lourdeurs protocolaires qui vont avec, la  méthode Kagamé prévoit des séminaires avec ses pairs, au cours desquels peuvent être prises des décisions importantes. Dans son dispositif, des experts de plusieurs pays du continent sélectionnés par ses soins avec pour seuls résultats, l’efficacité dans l’animation de sa présidence de l’Union.

Bref, Kagamé entend marquer sa présidence de l’UA par une transformation en profondeur de l’institution en lui dotant de mécanismes transparents et efficaces de gouvernance mais aussi et surtout lui assurant une certaine indépendance vis-à-vis des donateurs et autres bailleurs de fonds. Pourrait-il réussir là où beaucoup de ses prédécesseurs ont préféré le confort de la routine ?

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

 Votre pub ici  !

Diagnostic

 Votre pub ici  !
 Votre pub ici  !
 Votre pub ici  !
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite