-->

Chapeau, à l’Eglise catholique !

15 avril 2018 Auteur :  

L’ Eglise catholique ne ménage aucun effort pour apporter sa pierre à unesortie honorable de crise en République Démocratique du Congo.

On voitses premiers responsables aux devants des différentes initiatives, bravant toutes sortes de dangers, pour ramener le pays sur le droit chemin. Fidèle à la maxime selon laquelle la neutralité en temps d’injustice est une complicité avec l’oppresseur, l’Eglise catholique congolaise n’a pas hésité à prendre position contre l’imposture de Kabila. Ce n’est pas la première fois qu’on voit l’Eglise catholique dans ce rôle sur le continent africain.

On se rappelle notamment du rôle joué par la Conférence épiscopale Burkina-Niger dans la crise burkinabè ayant abouti à l’insurrection populaire de 2014. Chaque fois que la situation le commande, cette église ne passe pas par quatre chemins pour crier à la face des gouvernants despotes, son dégoût et sa désapprobation. Cela lui vaut certaines critiques lui reprochant une immixtion dans des affaires politiques qui ne relèveraient pas de son ressort (SIC). Mais quelle loi ou quel passage des écritures saintes interdisent à l’église, ou même aux hommes de Dieu de façon générale, d’avoir leur mot à placer dans le débat politique ? Cette composante n’est-elle pas partie intégrante de la société ? Ne subit-elle pas au même titre que tout le reste de la société les conséquences fâcheuses des turpitudes des politiciens.

Pourquoi devrait-elle se taire et subir dans le silence ? Dans tous les cas, les dirigeants de l’Eglise catholique ne se laissent pas distraire par ces critiques fantaisistes. « Le vrai prophète est celui qui annonce et qui dénonce ». Renvoient-ils à leurs contradicteurs et cela est tout à fait bien inspiré.

Y. Ladji Bama

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite