• 15
  • Avr

Ça y est ! Le gouvernement et la coordination des syndicats de l’éducation ont mis fin au bras de fer qui les opposait depuis bientôt quatre mois. Nuitamment, en ce samedi 27 janvier 2018, ils sont parvenus à un accord autour de la satisfaction de la plate-forme revendicative des organisations syndicales.

  • 15
  • Avr

Un Arbollais en Chine ? Ç’aurait été le titre d’une œuvre littéraire. Mais non ! Il s’agit tout simplement des péripéties racontées, couchées dans un article de presse à propos du séjour d’un enfant du soleil dans un pays de froid : la Chine «pop».

  • 01
  • Avr

Dans notre dernière édition de l'année 2017, nous faisions un bilan sécuritaire de l'année 2017. Ledit bilan essentiellement mettait l'accent sur les attaques terroristes dont le Burkina a été victime. Attentats, assassinats ciblés, menaces des fonctionnaires, enlèvements ont marqué le quotidien des Burkinabè. Mais faisons une halte sur les chiffres macabres de cette année 2017.

  • 01
  • Avr

Dans notre édition N°225 du 1er novembre der­nier, nous révélions les pratiques dignes d'un délinquant primaire auxquelles s'adonnait le maire Dieudonné Ido, à la tête de la com­mune rurale de Pouni, dans la province du Sanguié. Depuis le 12 décembre        dernier, l'homme médite son sort à la MACO, en attendant son procès.

  • 01
  • Avr

Dans notre numéro 225 du 1er novem­bre dernier, nous nous demandions, au regard d'un certain nombre de pratiques biscornues, en cours au ministère de la Santé, si celui-ci était un département « hors la loi ».

  • 01
  • Avr

L'affaire défraie la chronique depuis fin décembre 2017, précisément le 29 décembre. A cette date, en effet, les Burkinabè apprennent avec beaucoup de surprise, l'interpellation du Colonel Denise Barry, ancien ministre de l'Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité sous la Transition et directeur exécutif du Centre d'études stratégiques en défense et sécurité (CESDS).

  • 22
  • Mar

Comme nous l'avons souligné dans plusieurs éditions au cours de cette année 2017, le Burkina Faso est désor­mais dans le viseur des terroristes. Il est passé de base-arrière à la position de cible. Sans vouloir jouer les oiseaux de mauvaise augure, il est malheureusement à craindre que les attaques et autres incursions criminel­les dans diverses parties du territoire ne se poursuivent et même s'accentuent. Tout porte à croire que l'option est désormais de rendre le pays ingouvernable et de faire fuir les partenaires et les investisseurs.

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite