eddie

Les premières sorties de route d’Eddie Komboïgo au CFOP

Dans notre édition N°306 du 15 au 31 mars dernier, nous écrivions : «l’avenir proche du CFOP dépendra de sa gouvernance, notamment, des capacités de management des hommes et de leurs ambitions par Eddie Komboïgo. Il va devoir transcender sa gestion approximative du CDP pour tenir compte des leaders des autres partis politiques qui ne le suivront pas dans ses positions solitaires. Avant d’exiger du pouvoir des discussions avec l’opposition sur des questions d’intérêt national, il va devoir d’abord faire de la place aux autres chefs de partis politiques dans la gestion interne et la coordination de l’opposition. Pour le moment, ça semble mal engagé. A la première audience que le président du Faso lui a accordée, il ne s’est fait accompagner d’aucun autre chef de parti de l’opposition. Il s’est retrouvé seul pour un tête-à-tête avec le chef de l’Etat. Certains opposants n’étaient même pas informés de cette audience et l’ont appris à travers les médias ! ».

Seulement, un mois après la prise de service d’Eddie Komboïgo à la tête de l’institution, ça grogne déjà au Chef de file de l’opposition. Les méthodes du nouveau patron des lieux ne font pas l’unanimité et c’est peu dire. Elles sont même décriées par certains membres du cadre de concertation de l’opposition, notamment, Ablassé Ouédraogo de Le Faso Autrement. Celui-ci s’indigne de la gouvernance de l’institution par son tout nouveau chef. Il dénonce la gestion solitaire du CFOP par Eddie qui prend des décisions sans informer les membres du cadre de concertation de l’opposition. Il cite, par exemple, la désignation de deux commissaires pour remplacer les démissionnaires de l’UPC à la Commission nationale électorale indépendante (CENI). Le chef de file de l’opposition aurait simplement décidé
tout seul de choisir lesdits commissaires, dont un de son parti qui se retrouve avec 3 représentants sur 5 pour l’ensemble des 40 partis de l’opposition.

Pour Ablassé, c’est un manque de respect pour les autres partis. Pire, les autres membres du cadre de concertation ont appris la désignation de ces deux commissaires par la presse, à travers le compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 7avril 2021. Invité à l’émission dimanche politique de Radio Oméga, Ablassé Ouédraogo n’a pris de gangs pour dire tout le mal qu’il pense de la gouvernance du CFOP par Eddie Komboïgo. Sur cette question, nos confrères de Le Faso.net, dans leur édition du lundi 12 avril, ont approché plusieurs opposants et même des proches du chef de file de l’opposition. A lire les différentes réactions, l’unanimité se dégage sur la mauvaise appréciation de l’action d’Eddie, chef de file de l’opposition. Et ce n’était pas la première fois.

A peine installé dans ses fonctions qu’Eddie Komboïgo cumule les sorties de route et les frustrations, faisant ainsi parler de lui, en mal par ceux qui sont censés être ses compagnons. A cette allure, il ne fait l’ombre d’aucun doute que la gestion du chef de file de l’opposition risque finalement de dévoiler toutes les insuffisances de management des hommes et du leadership de celui qui pensait pouvoir gouverner ce pays. La cohésion de l’opposition se retrouve menacée du fait des choix de celui qui doit en être le rassembleur.

Par ailleurs, outre l’Opposition non affiliée (ONA), certains leaders de l’opposition comme Hermann Yaméogo de l’Union pour la démocratie et le développement (UNDD) et Aristide Ouédraogo du Front patriotique pour le renouveau (FPR), pour ne citer que ceux-là, avaient publiquement affiché leur refus de s’affilier à l’opposition. Pour eux, il s’agit d’une position de principe motivée par le fait que le patron du CDP ait les capacités de transcender son parti pour fédérer toute l’opposition. Les premières sorties d’Eddie Komboïgo leur donnent raison. Mais, il n’y a pas qu’au CFOP qu’Eddie Komboïgo a des soucis à se faire. Même au CDP, la grogne continue. Certains lui reprochent déjà son choix de siéger à l’Assemblée nationale, cumulativement avec ses fonctions de chef de file de l’opposition.

Pour ne rien arranger, sa gestion du parti risque également de faire des vagues dans les mois à venir. En tous les cas, Eddie Komboïgo joue son avenir politique dans la gestion de ces crises naissantes au CFOP et au CDP. S’il en prend la pleine mesure et travaille à les corriger, il peut espérer réussir son passage au CFOP et conserver la direction du CDP. S’il réussit ces deux défis, il peut déjà se féliciter avant d’espérer relever d’autres challenges plus costauds et apparemment hors de sa portée.

Boureima OUEDRAOGO
Ecrit par
Boureima OUEDRAOGO

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc rhoncus sagittis tortor, a posuere tellus cursus suscipit. Pellentesque euismod aliquam lectus vel aliquet.

Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Boureima OUEDRAOGO Ecrit par Boureima OUEDRAOGO