Logo Justice

LOTISSEMENT IRREGULIER A POSOMTENGA (Komsilga) : A quand le jugement du chef du village?

Dans Le Reporter numéro 282 du 15 au 31 mars 2020, nous dénoncions une opération de lotissement illégale, menée par le chef du village de Posomtenga en complicité avec la société immobilière GELPAZ et la Mairie de Komsilga. Cette opération illégale, menée à l’insu de certains propriétaires terriens, s’est retrouvée sur la table du juge. Le chef du village, Zagré Issa, est poursuivi pour stellionat et déclaration mensongère dans le cadre d’une possession foncière. Plus d’ne année après la plainte, le procès est toujours attendu. Que se passe-t-il exactement dans le dossier ?

Le chef du village de Posomtenga, en complicité avec la Mairie de Komsilga, avait réussi à céder un terrain d’une superficie de plus de 16 ha à la société immobilière GELPAZ IMMO SA qui avait la charge de procéder, à ses frais, à des travaux de lotissement. En contrepartie et conformément à un protocole d’accord qui a scellé le pacte entre ces deux parties, la société immobilière devra récupérer 50% des parcelles et donner au chef 50%. Après l’opération, nous avons révélé que ces deux parties s’étaient retrouvées avec plus de 200 parcelles à partager. Des propriétaires terriens de la même localité se sont dirigés contre cette opération solitaire de leur chef du village. Ils estiment que
leur coutumier en chef a disposé de leur terrain sans leur consentement.

Les tentatives de règlement à l’amiable n’ayant pas abouti, la demande de conciliation adressée à la Mairie a été également sans suite. L’affaire a fini par atterrir sur la table du juge. Le chef est poursuivi pour stellionat et déclaration mensongère dans le cadre d’une possession foncière. A l’initiative de la plainte, un groupe de propriétaires terriens de la localité. Cela fait plus d’une année que leur plainte n’a pas encore connu de jugement. L’affaire commence à agacer les plaignants. Ces derniers ne comprennent pas pourquoi malgré la flagrance des infractions commises par le chef du village de Posomtenga, le procès tarde à venir.

A en croire des témoignages concordants, le dossier a été renvoyé plusieurs fois, parce que le Président-Directeur
général de la société immobilière GELPAZ, Zoungrana Alain, cité comme témoin, ne comparait point. A ce qu’on
dit, le Parquet a cité Zoungrana Alain comme témoin dans le dossier et non comme mis en cause. Le rôle joué par la société GELPAZ dans cette affaire est-il un rôle de témoin, se demandent certains. Pas si sûr. Apparemment, le Président- Directeur général de la société immobilière GELPAZ, bénéficiant de cette position de témoin, est en train
d’en abuser. A ce qu’on dit, chaque fois qu’il est cité à comparaitre, le premier responsable de la société GELPAZ ne se montre pas.
En plus de la non-comparution de GELPAZ, il importe de noter aussi qu’avec les vacances judiciaires, le dossier avait été renvoyé au rôle général. Reprogrammé le 15 mars dernier, il a, à nouveau, été renvoyé au 24 avril 2021.

Selon nos informations, cette lenteur de la Justice risque de desservir la cause des plaignants, même si par la suite, la
décision du jugement intervient en leur faveur. Et pour cause, le chef du village de Posomtenga, Zagré Issa, a fini de vendre la centaine de parcelles qu’il a reçue de son entente avec la société GELPAZ. D’aucuns y voient le spectre d’un conflit foncier en téléchargement, parce que ceux qui ont payé ces parcelles ne pourront pas investir sereinement. Les propriétaires terriens n’entendent pas se laisser faire. Ils réclament leurs terres. Les regards sont toujours tournés vers le Tribunal de Grande instance (TGI) de Ouagadougou.
Affaire à suivre.

Avatar
Ecrit par
Simplice Zongo
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Avatar Ecrit par Simplice Zongo