Autres articles

L’heure n’est visiblement pas à la sérénité du côté de l’Université de Koudougou. Mais cela n’est pas inhabituel dans cette université. Dans une précédente parution, nous évoquions des situations de gouvernance administrative et financière à controverses de ce côté-là. Au centre de l’affaire, une gestion problématique des heures supplémentaires des enseignants. Ce qui avait rendu le climat social assez lourd, avec à laclé, une ambiance de méfiance et de suspicionrampante.

Comme bien d’autres du genre, le centre Médical Ahmadyya, situé au quartier Somgandé de Ouagadougou, est créé pour, dit-on, voler au secours des malades en difficulté. Une   mission   bien noble à première vue. Mais un regard rapproché sur ce qui se passe à l’intérieur de la bâtisse abritant ce centre de santé et l’on est resté désorienté.

Dans notre parution n°199 du 1er Octobre 2016, nous faisons cas de vol de motos en fourrière dans un local de la Police nationale à Tampouy. Des motos appartenant à des usagers de la voie publique. Ces motos, écrivions-nous, avaient été retirées à leurs propriétaires pour non respect du code de la route, puis envoyées en fourrière dans ce commissariat.

Diagnostic

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite