PROMOTION IMMOBILIERE : Le Burkina compte 268 sociétés agréées

Le Burkina Faso donne l’image d’un pays en plein chantier de lotissement. Il ne se passe pratiquement plus un jour sans qu’une affaire de parcelles, de lotissement ne défraie la chronique. Marches, déclarations, conférences de presse, tout y passée depuis quelques années jusqu’à la suspension des lotissements puis leur reprise partielle. Pendant ce temps, une autre catégorie d’acteurs occupe le vide laissé par  l’Etat. Ce sont les promoteurs immobiliers. Qui sont-ils ? Combien sont-ils au Burkina?

Dire que la promotion immobilière a le vent en poupe au Burkina serait une tautologie. L’on est bien tenté de penser que les sociétés immobilières sont les entreprises les plus rentables dans le pays. Elles se créent à tour de bras et poussent comme des champignons. Visiblement, le secteur de la promotion immobilière rend prospère. Qu’est-ce qui fait tant courir les hommes et les femmes vers cette activité qui connait un essor particulier en quelques années seulement. La première société immobilière du pays a acquis son agrément le 1 juin 2009 par l’arrêté n°2009-001/MHU/ SG/SEP du 01 juin 2009 portant octroi d’agrément pour l’exercice de l’activité de promotion immobilière et/ou foncière. Un peu plus de 9 ans après, l’on dénombre 268 sociétés de promotion immobilière agréées sur le sol burkinabè. Selon un document du ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat, le dernier agrément pour une société de promotion immobilière date du 29 avril 2019.

214 agréments en 3 ans

Par une analyse rapide, l’on peut classer ces sociétés immobilières en trois grands groupes qui seraient d’abord les sociétés ayant acquis leur agrément sous le régime de Blaise Compaoré, ensuite, celles qui ont acquis le leur sous la Transition, juste après l’insurrection populaire, et enfin, les sociétés nées sous la gouvernance du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), depuis 2016. Ainsi, de la date d’agrément de la première société immobilière en 2009 par le ministère de l’Urbanisme à l’insurrection de fin octobre 2014, le Burkina ne comptait que 42 sociétés immobilières agréées. Le dernier agrément dans ce premier groupe date du 10 octobre 2010. Il a été accordé à la société S.C.G.I Sarl. Puis survient l’insurrection   puis la Transition avec sa première autorisation datée du 5 mars 2015 accordée à la société GIM-FASO. Durant cette période, 12 sociétés de promotion immobilière ont reçu leur agrément. Dès 2016, précisément le 22 octobre 2016, commence la grande course vers la création de sociétés immobilières. De cette date au 29 avril 2019, ce sont 214 agréments qui ont été accordés. Le régime du Président Roch Kaboré est celui qui a le plus accordé des agréments comme de petits pains, accentuant du même coup, une grosse pression de ces sociétés sur les terres, avec toutes les conséquences en spéculation et en corruption qui en résultent. A maintes reprises, le ministre est monté au créneau pour fustiger des pratiques peu orthodoxes de certaines sociétés.

Le 20 juin 2017, lors d’un face-à-face avec les promoteurs immobiliers, le ministre Maurice Bonanet déclarait que les promoteurs actifs sur le terrain avaient mis en place des mécanismes d’accaparement du foncier, créant du même coup, des noyaux urbains en porte à faux avec les principes de mobilisation du foncier. Pour lui, ce sont des lotissements déguisés en opération de promotion immobilière qui sont effectués sur le terrain. Pourtant, martèle-t-il, aucune autorisation de lotissement n’a été accordée à une société immobilière. Il se pose alors le crucial problème de la gestion foncière.

Il y a également certains promoteurs qui détiennent plusieurs sociétés immobilières, au regard des coordonnées de leurs entreprises. Tenez, la Société générale de commerce du Burkina (SOGECOM-B Sarl) créée en 2009,  est détenue par un certain Tapsoba Emmanuel, numéro 75 84 — —. On retrouve la même adresse avec la société S.C.G.I Sarl créée en 2014  par l’arrêté n ° 2014 -0009/MHU/SG/DGESS du 10 octobre 2014 avec une adresse de S/C Emmanuel Tapsoba. Et plus loin, en 2018, la même adresse a un agrément avec l’arrêté n°2018-0048/MUH/SG/DGESS du 31 août 2018 au nom de la société DORIS IMMO Sarl. Un autre fait remarquable dans la liste des 268 sociétés immobilières, c’est la présence de grands noms du monde des affaires qui ressortent. Des opérateurs économiques confirmés dans d’autres secteurs ont aussi investi le secteur de la promotion immobilière. Dans un communiqué rendu public à la fin du moins d’avril  2019, le ministère de l’habitat et de l’Urbanisme informait les populations du grand Ouaga et les sociétés de promotion immobilière qu’une                 campagne de contrôle des projets immobiliers sera réalisée sur le territoire des Communes de Tanghin – Dassouri, Saaba, Komsilga, Pabré, Koubri, Komki-Ipala, Loumbila. Cela permettrait-il d’y mettre un peu d’ordre ? Affaire à suivre !

Aimé NABALOUM
Ecrit par
Aimé NABALOUM
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Aimé NABALOUM Ecrit par Aimé NABALOUM

Nous suivre sur…