JOURNEE MONDIALE DE LA LIBERTE DE LA PRESSE : Médias et élections dans un contexte d’insécurité au cœur des débats

Le Burkina a célébré la Journée mondiale de la liberté de la presse les 02, 03 et 04 mai 2019 à Ouagadougou, sous le thème «Médias et élections dans un contexte de crise sécuritaire et communautaire au Burkina». Durant trois jours, atelier, panel, lancement des prix de meilleurs journalistes, matchs d’exhibition ont marqué la 26e édition. Elle a été placée sous le patronage du président du Conseil supérieur de la communication (CSC), Mathias Tankoano.

La célébration de cette 26e Journée mondiale de la liberté de la presse intervient dans un contexte mondial de dégradation de la liberté de la presse, selon l’ONG Reporters Sans Frontières. «Cette dégradation se manifeste par la «haine des journalistes, les attaques contre les reporters d’investigation, la censure, notamment sur Internet et les réseaux sociaux, les pressions économiques et judiciaires», a martelé Boureima Ouédraogo, président du comité d’organisation de la 26e édition et président du Comité  de  pilotage du Centre national de presse Norbert Zongo.

Le Burkina, nonobstant un contexte national particulièrement difficile, fait partie des pays qui réalisent des progrès notables en matière de liberté de presse depuis bientôt cinq ans. Ainsi, cette année encore, le Burkina Faso a relevé le défi de la progression en passant de la 41e place en 2018 à la 36e place en 2019. Pour Boureima Ouédraogo, «ce classement est à mettre à l’actif de tous les acteurs aussi bien institutionnels que du monde des professionnels des médias.»

Lancer un débat collectif autour des enjeux et défis à relever dans la collecte et le traitement de l’information dans un contexte de crise sécuritaire, et promouvoir les bonnes pratiques était l’objectif recherché à travers l’organisation du panel. Axé autour des conditions de travail et de sécurité des journalistes lors du processus électoral à venir, la question de l’insécurité grandissante dans le Nord du Burkina a été abordée par les panélistes. Pour le politologue Abdoul Karim Saidou, tenir les élections à bonnes échéances serait un signal fort pour l’autorité de l’Etat et pour sa solidité démocratique. Pour lui, ne pas organiser les élections serait une victoire pour les terroristes. En effet, selon lui, les élections constituent un test pour un Etat et cela permet de mesurer sa solidité, de voir la crédibilité de son appareil sécuritaire et administratif. Toujours selon Abdoul Karim Saidou, il y a deux défis majeurs quand on évoque les élections sur l’angle des médias ; c’est la faisabilité du scrutin dans les zones à risques et le deuxième défi est lié au déficit de débat qu’on observe au niveau de la sécurité. En termes de recommandations, le politologue préconise la mise en place d’un mécanisme d’alerte au niveau du ministère de la Communication, du Conseil supérieur de la communication ou de la Commission électorale nationale indépendante, un mécanisme qui pourra permettre de donner des informations fiables aux journalistes qui vont être déployés sur le terrain pour couvrir le processus électoral. Pour le panéliste Khalifara Séré, administrateur civil, l’administration publique semble n’avoir pas eu suffisamment de vision dans cette situation d’insécurité. «Des vulnérabilités liées au manque du cadre institutionnel de concertation et d’harmonisation des actions des services de sécurité, des forces armées en général, expliquent également cette situation». Comme solution, il propose la création d’une chaîne de cohésion sociale. Pour lui, il faut que le découpage du territoire soit un découpage de cohésion. Il faut organiser le territoire pour en faire à chaque mètre carré, une zone de développement, de promotion  de la population, a-t-il ajouté. Selon le sociologue et chercheur Kibora Ludovic, il faut maîtriser les enjeux sous-jacents des conflits, parce qu’ils sont très importants. Ils peuvent être d’ordre idéologique, économique, religieux, etc. Et tout cela peut se poser autour de la possession d’un territoire.

Salifou OUEDRAOGO

Avatar
Ecrit par
Le Reporter
Voir tous les articles
Avatar Ecrit par Le Reporter

Nous suivre sur…