CBC

BON DE CHARGEMENT AUX PORTS : La COTRA-B tire à boulets rouges sur le CBC et l’OTRAF

CBC

OTRAF

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La coalition des organisations socioprofessionnelles de transporteurs routiers du Burkina (COTRA-B) a organisé ce 22 octobre 2016 une conférence de presse autour d’un certain nombre de difficultés que ses membres rencontrent dans le cadre de leurs activités. La principale pomme de discorde, le fret et le « bon de chargement » ; et la COTRA-B pointe du doigt l’OTRAF, principale instigatrice de leurs soucis et cela dans le silence absolu du ministère en charge des Transports.

L’inadmissible, c’est la gestion faite du fret. Les transporteurs regroupés au sein de la COTRA-B ne sont pas contents de la gestion qui est faite de la chaine du transport et du chargement. Il y a comme une gestion mafieuse du fret dans les différents ports du Ghana : cas du port de Tema (Ghana) par exemple. « La gestion opaque de ce fret, qui induit « la vie chère au Burkina » en tout cas, constitue l’une des raisons fondamentales de la cherté de la vie (…) expliquent les responsables de la COTRA-B. Mais comment en est-on arrivé à pareille situation ? Selon les animateurs de la conférence de presse toujours, « le CBC, pour obliger l’importateur ou son représentant à payer des sommes illicites, a institué un document parfaitement inutile (pour dit-il des besoins de statistiques) intitulé bon de chargement que l’on dit délivré gratuitement mais en réalité : le CBC perçoit 12 500 F pour commencer le processus de délivrance de ce 

fameux document. Ensuite, il vous envoie à l’OTRAF qui vous déleste de 10 000 F d’abord avec un reçu même si vous n’êtes pas affilié à ce syndicat et même si l’on estime que l’adhésion à tout syndicat est libre ; ce couple (ndlr : OTRAF/CBC) n’en a cure, et 50 000 F pour frais de « coxeur » sans reçu ». Voici ce que dénonce la COTRA-B. Pour ce regroupement, ce sont de faramineuses sommes qui sont perçues indûment par l’OTRAF et le CBC.

ph DR

Hermann Nikièma qui évolue dans le transport a expliqué qu’au début, le ministère des Transports en instituant le document a précisé qu’il devait être gratuit. Puis curieusement, c’est l’OTRAF qui délivre le document avec l’entête du CBC et avec un coût de 10 000 F. Ainsi, pour la période du 1er janvier au 31 juillet 2016, 54 000nchargements ont été opérés dans les différents ports en direction du Burkina. En tout, ce serait environ 3 915 000 000 FCFA qui ont été perçus par le CBC et l’OTRAF. Les transporteurs ont fait part de leur mécontentement aux responsables du CBC au moins depuis 15 juin 2016, mais leurs interpellations restent sans réponse. Et pourtant, selon les membres de la COTRA-B, les autorités portuaires au Ghana ne reconnaissent pas « le bon chargement » du Burkina. Pour régler définitivement la question, une rencontre a eu lieu entre de hautes autorités burkinabè et ghanéennes en charge du transport sur la question et décision avait été prise, consignée dans un document unique que le fameux bon de chargement devait disparaitre. Malgré tout, la pratique se poursuit, « l’OTRAF est toujours sur le goudron entrain de contrôler le bon de chargement » révèle Hermann Nikièma. Chose que la COTRA-B réfute et ne se l’explique pas.

L’OTRAF, le plus ancien des syndicats de transporteurs a visiblement maille à partir avec les autres syndicats qui estiment qu’elle ne joue plus le rôle de syndicat mais travaille à détruire tous autres transporteurs n’étant pas un de ses membres. Il est aussi à relever que certaines sociétés qui sont dans la logistique ont initié une plainte contre l’OTRAF. Affaire à suivre ! 

Avatar
Ecrit par
Le Reporter
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Avatar Ecrit par Le Reporter

Nous suivre sur…