Lettre ouverte à tout ministre

C’est hallucinant ce que les Burkinabè sont capables de faire. Tenez ! M. Goama est tout ministre du Burkina Faso. C’est à son honneur si le président du Faso a eu confiance en lui. Mais ce que le président du Faso ne sait pas, c’est que M. Goama est presqu’une calamité en termes de bonne gouvernance, un mauvais exemple d’ailleurs. Ce que le PF ne sait pas aussi, c’est que M. Goama, dès qu’il a été installé par le Secrétaire général du gouvernement et du Conseil des ministres, va tout changer. Les Burkinabè ont une grande soif de changements et c’est connu. Plus rien ne sera comme avant, a-t-on très vite crié. Et M. Goama veut le changement aussi.

Que va-t-il faire ? Il va alors tout changer dans ce ministère dont il vient de prendre les rênes. M. Goama commence par le fauteuil sur lequel était assis son prédécesseur. Il n’en veut pas. Le bureau de son prédécesseur aussi, il n’en veut pas. Les rideaux, le décor, tout cela, M. Goama n’en veut pas. Il ne veut même pas les toucher. Il faut les envoyer à la poubelle ou dans un autre bureau. Et M. Goama continue dans sa volonté de changement. Les poignets des portes, M. Goama ne veut pas les toucher. Du coup, M. Goama fait changer les portes, donc les serrures aussi. De plus en plus, les choses changent dans le bureau de M. Goama.

Pour entrer dans le bureau de M. Goama, vous avez droit à un tapis rouge. Un peu comme chez le président du Faso, vous avez droit aux honneurs. M. Goama va même recruter une entreprise pour le relooking dans son bureau. Quel exploit ! Quel changement ! Bienvenue chez M. Goama, ministre du Burkina Faso. Malheureusement, M. Goama n’est pas seul. Il a des jumeaux et des jumelles et dans le gouvernement et dans d’autres services. Si chaque nouveau ministre a fait comme M. Goama, combien cela va-t-il coûter au Trésor public pour un pays pauvre très endetté comme le Burkina Faso ? A vos calculettes ! Ainsi va le Burkina Faso où la vertu n’est que parole.

Aimé NABALOUM
Ecrit par
Aimé NABALOUM
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Aimé NABALOUM Ecrit par Aimé NABALOUM