Que 2020 soit l’année du Burkina réconcilié avec lui-même !

L’année 2019 s’en est allée pour rejoindre les flots des vagues déferlantes du temps. Elle lègue à l’humanité, cette nouvelle année 2020 avec ses promesses mais aussi ses inquiétudes. Tout comme la précédente et toutes les autres, elle a été accueillie diversement par les citoyens du monde, selon leurs conditions du moment. Mais tous fondent l’espoir que le nouvel an soit meilleur sur tous les plans. Il y a un trait commun à tous les hommes saints d’esprit. Quelle que soit leur condition du moment et quel que soit ce qu’ils ont déjà vécu de bien, de beau et de bon, ils aspirent toujours à mieux.

En 2019, le monde ne s’est pas mieux porté que les années précédentes. Bien au contraire, les contradictions entre les grandes puissances économiques et militaires sur des situations qui méritent compassion et actions urgentes de soutien ou de protection, confirment que seuls les intérêts des Etats gouvernent le monde. Ces intérêts sont désormais au-dessus du bien le plus précieux, à savoir la paix et la stabilité dans le monde.

De l’Amérique latine au Sahel, en passant par l’Asie, notamment le Golf, des pays entiers sont déchirés par des guerres fratricides, des actions terroristes et des conflits de diverses natures. Le plus souvent, les grandes puissances s’y affrontent par groupes, camps ou réseaux rivaux interposés. Ces guerres qui déciment malheureusement des millions d’êtres humains sont entretenues et soutenues par certaines puissances avec le silence complice des autres, la logique étant que les uns ne mettent pas du sable dans le couscous des autres.

Le Venezuela, la Palestine, l’Irak, le Yémen, la Somalie, la Libye, le Burkina Faso, le Mali et le Niger (pour ne citer que ces pays) ont souffert et continuent de souffrir de l’indifférence de la communauté internationale sur le drame humain qui s’y joue. Bref, le monde n’est plus sûr que pour les puissants, même si de temps en temps, des attaques ponctuelles viennent leur rappeler que malgré  leurs forteresses, ils ne sont pas non plus à l’abri des folies meurtrières.

Au Burkina Faso, l’année 2019 aura été des plus douloureuses. Il ne s’est pas passé une semaine sans que des familles soient endeuillées. Du 1er janvier au 31 décembre, les forces du mal ont fait parler d’eux et pleurer des centaines, voire des milliers de familles. Fort heureusement, elle s’est achevée sur quelques notes d’espoirs, notamment, une montée progressive des Forces de défense et de sécurité en puissance, avec la neutralisation de dizaines de groupes terroristes et le démantèlement de leurs foyers dans plusieurs localités du pays.

Excepté quelques victoires sur le plan sportif, l’année 2019 n’a pas été celle du Burkina Faso. Sur le plan collectif, elle est à vite oublier. Il ne reste qu’à espérer que collectivement et individuellement, les Burkinabè et leurs gouvernants sauront tirer les meilleurs enseignements de ce qui est arrivé en 2019 et s’engager résolument à apporter, chacun à son niveau de responsabilité, les meilleurs comportements et initiatives à même d’épargner au pays et à la communauté nationale, les drames vécus.

Née donc des cendres d’une année difficile, 2020 ne peut qu’être chargée d’espoirs, surtout de s’éloigner du précipice. Au seuil donc de cette nouvelle année, nous ne pouvons donc nous empêcher de sacrifier au rituel de souhaiter une bonne et heureuse année à tous les Burkinabè et tous les peuples du monde.

A nos fidèles lecteurs, la Rédaction de votre Journal formule le vœu que cette année soit meilleure à toutes les précédentes et sur tous les plans. Elle leur adresse ses vœux de santé à toute épreuve, de courage face aux dures réalités du quotidien qui ne manqueront et surtout face aux défis qui se posent à leur pays. Plaise à Dieu Tout-Puissant et aux mânes des ancêtres que le pays retrouve sa sérénité et le peuple sa quiétude ! Que 2020 soit l’année du Burkina réconcilié avec lui-même et son histoire ! Bonne et heureuse année à toutes et tous !

Avatar
Ecrit par
Le Reporter
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Avatar Ecrit par Le Reporter

Nous suivre sur…