JOURNEE INTERNATIONALE DE L’EDUCATION AU BURKINA : Children Believe pour un journalisme sensible à la protection des enfants

Le 22 janvier 2021, l’ONG Children Believe a organisé à Ouagadougou, un atelier d’information et de sensibilisation sur la promotion et la protection des droits de l’enfant au profit d’une trentaine de journalistes venus de différentes régions du Burkina Faso. Cette activité s’inscrit dans le cadre de la Journée internationale de l’éducation célébrée le 24 janvier 2021.

La crise sécuritaire que connaît le Burkina Faso questionne sur le respect des droits essentiels des enfants. A ce jour, le pays compte 1 049 767 personnes déplacées dont 60% sont des enfants. En plus, 2 398 écoles sont fermées. Les enfants sont en danger au Burkina Faso. Il est désormais clair que le droit à l’éducation des enfants est mis à rude épreuve dans ce contexte de crise sécuritaire avec ses conséquences.

Selon la Directrice Afrique de l’Ouest de Children Believe, Mavalow Christelle Kalhoulé, il y a nécessité d’agir pour garantir le respect des droits des enfants dans ce contexte d’urgence. Et ce combat urgent pour la protection des droits de l’enfant, l’ONG ne veut pas le mener seule. Elle souhaite avoir à ses côtés les hommes et les femmes de médias. Et pour avoir cette collaboration souhaitée, l’ONG a présenté à la trentaine de participants, la situation du respect des droits de l’enfant au Burkina Faso mais aussi les défis du droit à l’éducation dans le contexte d’urgence.

Egalement, les journalistes ont eu droit à un exposé sur la contribution du système des Nations Unies au renforcement de la protection des droits de l’enfant. A ce niveau, le communicateur, Karim Sankara, administrateur de programme protection de l’enfant à l’UNICEF, a fait noter plusieurs poches de contribution parmi lesquelles, le soutien à la création d’une législation internationale et nationale favorable.

De même, une nouvelle approche recommandant la participation aux différentes décisions dans la société a été expliquée aux participants. Il s’agit de l’approche Redevabilité sensible à l’enfant. Elle consiste essentiellement à mettre l’accent sur la participation des enfants à la prise de décision. Et selon les concepteurs de cette approche, elle connaît déjà une phase pilote de mise en œuvre jugée très satisfaisante.

Les hommes de médias ont pu expérimenter cette approche par des exemples et cas concrets et ils se sont rendu compte de son impact significatif dans la promotion des droits de l’enfant et dans la lutte contre les violences faites aux enfants.

Avatar
Ecrit par
Simplice Zongo
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Avatar Ecrit par Simplice Zongo