<
spot_img
spot_img
dimanche, mai 19, 2024
spot_img
spot_img
spot_img
AccueilMESSAGECOHESION SOCIALE ET RECONSTRUCTION DU PACTE REPUBLICAIN : ARGA/Burkina pose le débat

COHESION SOCIALE ET RECONSTRUCTION DU PACTE REPUBLICAIN : ARGA/Burkina pose le débat

Le 06 octobre 2023, à Ouagadougou, l’Alliance pour refonder la gouvernance en Afrique, ARGA/Burkina, a organisé, en partenariat avec l’Institut néerlandais pour la démocratie multipartite (NIMD) et le Laboratoire Genre et Développement de l’Université Joseph-Ki-Zerbo, une conférence publique sur le thème : « La cohésion sociale, un impératif pour la reconstruction du pacte républicain ». La conférence a été tenue par le Professeur Alkhassoum Maïga, sociologue et ancien ministre des Enseignements supérieur, secondaire, de la Recherche scientifique et de l’Innovation du Burkina.

Cette première conférence publique a été tenue, conformément aux nouvelles orientations de l’organisation des cafés politiques. L’objectif de la conférence est de susciter un dialogue ouvert, inclusif et porteur entre les différents acteurs, en vue de les mobiliser et de les engager dans la promotion et la préservation de la cohésion sociale. Elle a été organisée en partenariat avec l’Institut néerlandais pour la démocratie multipartite (NIMD) et le Laboratoire Genre et Développement de l’Université Joseph Ki-Zerbo. Pour le conférencier, le Pr Alkhassoum Maïga, le pacte républicain, politiquement parlant, renvoie à une collaboration entre différentes forces politiques pour sortir un pays d’une situation de crise. Selon lui, au regard de la crise que traversent les pays comme le Burkina, le Niger et le Mali, il y a une nécessité de la signature d’un pacte républicain.

Pour qu’il y ait une durabilité de ce pacte républicain, selon le conférencier, il faut nouer un contrat social rompu depuis belle lurette. Le conférencier a donné des exemples de pays qui traversaient une crise et qui ont signé des pactes républicains pour y faire face. Il a mentionné le cas de la France, qui en a fait recours à deux reprises. Le premier pacte républicain de l’union sacrée avec tous les partis politiques fut signé en 1914, avant que la France s’engage dans la première guerre mondiale. Le deuxième a eu lieu en 1926, avec le gouvernement d’union sacrée. De nombreux pactes républicains ont été signés par d’autres pays européens, a fait savoir le conférencier.

Les participants ont répondus présents (DR)

Pour ce qui est du Burkina, jusqu’à ce jour, selon le Professeur Alkhassoum Maïga, la crise de 1998 avec l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, qui a engendré la dissolution du gouvernement et la formation d’un nouveau gouvernement, avec l’appel à d’autres forces politiques, peut être qualifiée « d’un semblant d’ouverture à un pacte républicain ». Pour le sociologue, ce qui engage le pays doit être au-dessus des préoccupations et des égoïsmes des individus. « Il n’y a que les priorités de la République et les aspirations des peuples qui doivent être au-dessus de la volonté individuelle des acteurs politiques. » Affirme-t-il.

Selon le conférencier, « Si la transition veut réussir sa mission, c’est d’amener les gens vers les valeurs communes qui vont nous permettre de construire une (DR)

Pour aller vers ce pacte républicain, le sociologue a évoqué la nécessité de tendre vers la construction d’une Nation qui implique la participation de tous les acteurs de la vie politique du pays. « Tant que nous n’avons pas construit une Nation, on ne pourra pas faire de sorte qu’un pacte républicain et un contrat social puissent engager tout le monde », a-t-il conclu, en substance.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières nouvelles

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Autres Articles

spot_img

Articles Populaires

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page