<
spot_img
spot_img
dimanche, avril 21, 2024
spot_img
spot_img
spot_img
AccueilMESSAGELUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Un impératif politique en Afrique selon le REN-LAC

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Un impératif politique en Afrique selon le REN-LAC

En dépit des moyens constamment envisagés pour la combattre, la corruption constitue une des plus grandes entraves au développement socio-économique du continent africain. L’ampleur du phénomène a atteint un tel niveau que les pays africains sont perçus comme les plus corrompus du monde.

En 2022, le score moyen de l’Afrique subsaharienne dans l’Indice de Perception de la Corruption (IPC) de Transparency international était de 32 points sur 100. Seuls cinq des 49 pays évalués ont obtenu une note supérieure ou égale à 50/100. Il s’agit des Seychelles (70), du Botswana et du Cap-Vert (60), du Rwanda (51) et enfin de Maurice (50). Le Burkina Faso, quant à lui, reste toujours bien loin de la moyenne de 50 points. Depuis 2012, le pays évolue en dents de scie, oscillant entre 38 et 42 points.

En dépit des actions entreprises pour contrer le phénomène, telles que l’adoption d’une loi anti-corruption dans certains pays, celui-ci ne connaît pas de baisse significative au regard des indicateurs. Les raisons avancées pour justifier cet état de fait sont nombreuses.

Certains mettent en avant des fondements socio-culturels et d’autres pointent des facteurs économiques voire politiques avec notamment l’influence des politiques coloniales et post-coloniales.  D’après Achille Mbembé, l’expérience coloniale a fait naître en Afrique l’idée selon laquelle « Le pouvoir ne doit pas nécessairement venir du peuple, il est plutôt conféré à une personne choisie par la hiérarchie. [1]»

De fait, dans la réalité générale de la domination coloniale, la coercition, la violence et la corruption étaient des éléments essentiels de l’intégration des sujets dans les structures de production. La fonction publique y était considérée comme la voie royale pour un accès rapide à la richesse et au prestige. « Le pouvoir colonial étant considéré illégitime, écrit Victor Le Vine, on ne s’embarrassait plus souvent de la retenue habituellement observée devant le vol et le détournement de la chose publique. [2]»

Encore aujourd’hui, les tares du système telles que les lourdeurs administratives, le manque de transparence, l’absence de contrôle dans la gestion des affaires publiques et surtout l’impunité encouragent les agents publics à persister dans la pratique de l’enrichissement illicite.

Vecteur de la mal gouvernance

Dans nombre de pays, la corruption a perverti le système politique et administratif. Les dessous de table permettent à des catégories d’hommes et de femmes de se soustraire impunément de leurs obligations. Très souvent, le système est si bien organisé qu’il permet d’alimenter toute la chaîne hiérarchique avec des pourcentages reversés sur les gains illégaux. L’affaire Ousmane Guiro, ancien Directeur général des Douanes du Burkina Faso, en est une parfaite illustration. Après tout, la somme d’environ deux milliards francs CFA, retrouvée en 2011 dans des cantines au domicile d’un de ses proches, n’a-t-elle pas été constituée par les « dons » et autres « cadeaux » de subordonnés et de commerçants ? Dans ces conditions, n’est-il pas légitime de se demander combien l’État perd quotidiennement pour que ces fonctionnaires sans scrupule amassent autant de capitaux ?

Le plus dramatique est que le phénomène est toléré voire même encouragé par les tenants du pouvoir dont la plupart servent des intérêts étrangers. Ainsi, il n’est pas rare de voir des commis de l’État accusés de corruption ou condamnés pour de tels faits recevoir comme « sanction » de hautes distinctions ou des nominations à de hautes fonctions.

Pire, l’accès au pouvoir politique est bien souvent marqué par une débauche de moyens financiers colossaux des classes dirigeantes. Au Burkina Faso, l’on a encore en mémoire les étalages indécents lors des élections couplées de 2015 et de 2020 où les partis politiques ont rivalisé pour la palme d’or de la corruption. D’ailleurs, les chiffres ont montré que ceux qui sont arrivés aux trois premières places des deux scrutins sont également ceux qui avaient le plus pratiqué la corruption[3]. Fort logiquement, cette manière de désigner les gens d’en haut conduit au refus de ceux d’en bas de se laisser gouverner comme auparavant.

À l’échelle politique, la corruption entraine l’instrumentalisation de l’appareil d’État à des fins privées : règlements de comptes, détentions arbitraires d’opposants, etc. La manipulation du pouvoir judiciaire qui en découle implique comme conséquence non seulement l’impunité des crimes économiques et politiques, mais aussi un appareil judiciaire décrié par les populations.

Ce discrédit des institutions républicaines est l’une des raisons qui facilite les ruptures de l’ordre constitutionnel, puisque de nombreux citoyens ne croient plus en la démocratie et en l’État de droit. « La déliquescence de l’État, consécutive à la pratique de la corruption par l’élite au pouvoir, suscite, dans les rangs de ceux qui ont le courage politique d’élever une vive protestation contre cet ordre injuste, le messianisme politique qui, dans l’histoire, a souvent occasionné des politiques fascistes », souligne le philosophe Lucien Ayissi[4].

Vaincre le phénomène à tout prix

Pour les pays africains comme le Burkina Faso confrontés à plusieurs défis en matière de libération nationale et de développement économique et social, la lutte contre la corruption est un impératif dont le succès dépend à la fois de moyens politiques, institutionnels, individuels et collectifs. Cette lutte exige un assainissement de la gouvernance à travers notamment un renforcement ou une réorganisation des structures chargées de contrôler et de juger les comportements des citoyens y compris les dirigeants eux-mêmes. « La corruption, insiste la Banque mondiale, ne prospère que là où les politiques lui donnent des motivations et où les institutions de répression sont faibles. [5]»

Lorsque la corruption existe impunément dans un État, que les corrompus s’arrogent le droit de narguer les citoyens en exhibant les dividendes financiers ou politiques de leur corruption, cela veut dire que cet État a perdu sa raison d’être et court à sa perte.

Toutefois, la gouvernance ne peut être à l’abri de l’emprise de la corruption que si les agents publics ont le sens du service et du bien commun. Pour cela, il faut impérativement à la tête de l’État des dirigeants qui gouvernent par l’exemplarité. L’exemplarité et le sens du sacrifice doivent être le leitmotiv de l’action gouvernementale et de tous ceux appelés à assumer des responsabilités quelconques. Cela devrait aussi se traduire par une pratique systématique de la redevabilité.  Ce n’est qu’à ce prix que l’on peut exiger des subordonnés la droiture morale et les sanctionner en cas de manquement à l’éthique.

La capacité de la justice à sanctionner les déviations de l’ordre établi est un défi majeur. Les sanctions pénales ont ici un triple rôle : diminuer la récidive par l’emprisonnement, dédommager la collectivité pour les préjudices subis et dissuader d’éventuelles brebis galeuses.

Collectivement et individuellement, la lutte contre la corruption implique que les citoyens la refusent et la dénoncent publiquement. Il faut cesser de croire que la corruption fait partie du cours normal de la vie et plutôt se résoudre à la combattre. Cette lutte passe obligatoirement par la répression des corrompus et corrupteurs parce que l’impunité demeure l’une des causes essentielles de la persistance du phénomène.

De ce point de vue, le citoyen et les groupes de citoyens ont un rôle important à jouer. Ils ont le devoir impérieux de s’organiser pour contrôler l’action publique, dénoncer les abus et exiger la prise en compte de leurs aspirations qui sont incompatibles avec la corruption.

La dénonciation de la corruption aussi bien par la société civile, les médias que les citoyens, constitue un moyen efficace de lutte contre le phénomène. Quand les gouvernants ne jouent pas leur rôle, c’est aux citoyens organisés de constituer un véritable rempart à la corruption, en renforçant le contrôle populaire. L’expérience a démontré qu’un tel exercice a souvent contraint les gouvernants et les élus à une utilisation judicieuse des ressources publiques pour un développement économique et social harmonieux au profit des populations. Par ailleurs, ce type de contrôle a le mérite de freiner les ardeurs des agents indélicats.

Pour banaliser ou légitimer le phénomène, certains tentent malencontreusement de le présenter comme une version africaine de la solidarité, alors qu’il accentue, au contraire, le fossé entre riches et pauvres.

Les populations doivent se convaincre que la corruption n’est ni une fatalité ni une malédiction, mais un système créé et entretenu par des hommes et femmes pour maintenir leur emprise et leur domination sur la société. Partant de ce postulat, le phénomène doit être combattu et peut être vaincu si les citoyens y croient fermement et se donnent les moyens d’exercer pleinement leur droit de contrôle en exigeant la mise en place de mécanismes de transparence et de redevabilité, d’outils efficaces de répression et de recouvrement des biens mal acquis. 


[1] Mbembe, Achille (2000), De la Postcolonie : Essai sur l’imagination politique extrait de l’Afrique contemporaine, Paris, Karthala, p.51

[2] Le Vine, Victor (1975), « Corruption in Ghana », Transition, n° 47, pp 48-61

[3] Voir REN-LAC, « Rapport sur l’observation de la fraude et de la corruption électorales lors des élections couplées du 22 novembre 2020 », février 2021

[4] Ayissi, Lucien, Corruption et gouvernance, Paris, L’Harmattan, 2008, p.146

[5] Banque mondiale, Diagnostiquer la corruption et la combattre, Washington, Les Nouvelles Frontières, 1998

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières nouvelles

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Autres Articles

spot_img

Articles Populaires

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page