info

ACCES A L’INFORMATION PUBLIQUE AU BURKINA: Un véritable parcours de combattant

infoDans le cadre de ses activités de renforcement des capacités des hommes et femmes de médias, le Centre national de presse Norbert Zongo a organisé le 14 octobre 2016 à Ouagadougou, un forum sur le thème : « Le droit d’accès des journalistes à l’information publique et aux documents administratifs ». L’objectif était de mettre sur la table des discussions cette récurrente question avec des acteurs comme les journalistes, les forces de défense et de sécurité, des agents de l’administration publique, des directeurs de communication, des OSC, …

Il est constant que le droit d’accès à l’information publique reste encore une véritable épine au pied des hommes et femmes de médias dans leur exercice au quotidien. Que des journalistes en ont payé les frais, rongeant et rangeant leurs stylos et micros. L’administration, aussi bien publique que privée, se montre chaque fois hésitante quand se présente un journaliste à la quête d’une information. Et pourtant il ne devrait pas en être ainsi. Bien au contraire. Le Centre national de presse Norbert Zongo, avec les participants au forum, ont fait le point de la situation mais surtout ont permis que les acteurs se parlent et ébauchent des pistes d’une meilleure collaboration.

L’agent public se montre réticent s’il ne se mure pas dans un concept d’ordre qu’il devrait recevoir d’un supérieur hiérarchique. L’agent public qui détient l’information se pose chaque fois la question de savoir ce que fera le journaliste de l’information qui lui sera donnée. L’agent public craint chaque fois une éventuelle mauvaise exploitation de l’information qu’il livrera au journaliste. Si l’agent public « se cache » derrière des préjugés sur l’homme de médias, ce dernier est également interpellé sur sa propre responsabilité dans l’exploitation de certaines informations. De part et d’autre, il y a que les acteurs ne saisissent pas tous, tout le temps, la nécessité de faire simplement référence aux textes qui encadrent le droit d’accès à l’information. La législation en matière de droit d’accès à l’information au Burkina devient de plus en plus abondante et tous devraient s’en approprier et s’y référer régulièrement. A côté de l’information administrative ordinaire, il y a celle relative à la défense et à la sécurité nationale.

Les agents des forces de défense et de sécurité présents au forum ont également contribué aux débats. Là-dessus, l’information militaire, reconnait-on, doit être maniée avec dextérité afin de ne pas livrer des informations stratégiques de son pays à des entités qui payeraient cher pour en disposer, en principe. En outre, il existe des informations qui selon leur nature peuvent être classées secret-défense ou secret militaire. L’important pour l’administration est de protéger au maximum les intérêts du pays. Il y a donc ce dilemme permanent entre la soif du journaliste de trouver l’information et l’obligation de l’administration de préserver l’intérêt de la nation. A l’issue des échanges, les participants ont recommandé que les hommes de médias fassent de la règlementation la référence, qu’ils travaillent à découvrir les spécificités des autres entités. Les forces de défense et de sécurité gagneraient à s’ouvrir encore plus aux hommes de médias. Le forum a pu se tenir avec le soutien financier de Deutsch Welle (DW) Akademie d’Allemagne qui fait de la formation des journalistes son cheval de bataille. D’autres fora suivront mais dans les régions.

Avatar
Ecrit par
Le Reporter
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Avatar Ecrit par Le Reporter

Nous suivre sur…