juge

MONDE JUDICIAIRE : Encore une affaire de «outrage à magistrat» !

jugeUne autre affaire de « outrage à magistrat » qui risque d’empoisonner une fois de plus les relations, déjà pas si reluisantes, entre magistrats et justiciables au pays des Hommes intègres. Les évènements remontent au mois d’août 2016. C’est un des témoins privilégiés qui nous les raconte. Les faits se passent très tard dans la nuit. Cette nuit-là, raconte le témoin, après avoir pris part à une fête au village, à Dissin, lui et des amis décident de rentrer à Ouagadougou, à bord de leur voiture. Ils prennent la route aux environs de 2 heures du matin. En cours de route, à quelques encablures de la ville, ils voient devant eux une lumière d’une torche leur faisant signe de s’arrêter. Dans la nuit noire, ne voyant pas ce qu’il y a sur la chaussée, ne sachant pas qui tente de les arrêter et pour quel motif, ils hésitent à marquer l’arrêt. La lumière insiste mais ils n’obtempèrent pas, de peur de tomber dans un guet-apens de bandits. C’est ainsi qu’ils dépassent le lieu où était la lumière de la torche, mais face à l’insistance, ils vont marquer l’arrêt plus loin, non sans une certaine peur au ventre, se disant aussi qu’il pourrait s’agir d’une personne en détresse ayant besoin de leur assistance.

En ce moment, la personne avec la torche accourt vers eux. Dès que l’intéressé arrive à leur hauteur, explique le témoin, il s’adresse au conducteur d’un ton autoritaire et en des termes pas courtois. Et la réplique du conducteur ne fut pas du goût de l’intéressé qui n’hésite pas à sortir la fameuse phrase : « tu sais qui je suis ». C’était parti ainsi pour de longues minutes d’échanges pas du tout amicaux entre le conducteur de la voiture et son interlocuteur. Lorsque le conducteur finit par sortir de sa voiture, les deux hommes manquèrent de peu de se prendre les cols. Toutes sortes de méchancetés furent servies de part et d’autre. Sur ces entrefaites, le conducteur de la voiture est même pris à parti par un autre homme qui accompagnait l’homme à la torche. A l’issue d’un corps à corps assez âpre, le conducteur de la voiture s’en sortira avec sa chemise totalement déchirée. Poursuit le témoin.

Soit-transmis au commissaire !

C’est par la suite que leconducteur et les autresoccupants de la voiturecomprendront que leurinterlocuteur était le procureurdu Faso près leTribunal de grandeinstance de Diébougou. Ilsapprendront aussi qu’il s’agissaitd’un accident de lacirculation qui avait eu lieusur place. Mais commentauraient-ils pu le savoir,dans une nuit noir, en l’absencede balises ni designalisation particulière ? Se demandent-ils. Toujours est-il que le malentendu entre les deux était si profond que le conducteur de la voiture finit par quitter les lieux sans que la tension ne retombe. Certaines paroles prononcées étaient effrayantes que les autres occupants de la voiture n’auraient pas eu le courage de reprendre place à bord pour poursuivre le voyage. Le conducteur serait parti tout seul des lieux. Le procureur aurait même dit qu’ils seraient victimes d’un accident en cours de route. Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Le procureur aurait décidé d’en découdre avec ce conducteur en Justice. Il aurait même fait envoyer par les soins de son parquet un soit-transmis au commissaire de police du district de Dissin, lui demandant d’auditionner le conducteur, ainsi que bien d’autres témoins et en transmettre le procès-verbal. Il se susurre que l’intéressé serait poursuivi pour un certain nombre de chefs d’accusation, au nombre desquels « outrage à magistrat », « refus d’obtempérer », « non assistance à personne en danger ». Le commissaire aurait déjà envoyé une convocation à l’intéressé qui serait allé répondre. Quelle sera la suite ? Affaire à suivre.

N.B : Nous sommes rentrés en contact avec le procureur pour comprendre davantage, à travers sa version des faits. Il dit ne pas vouloir se prononcer pour l’instant, l’affaire étant, ditil, en instruction.

Avatar
Ecrit par
Le Reporter
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Avatar Ecrit par Le Reporter

Nous suivre sur…