asce

Gestion des ressources publiques : c’est bon mais ce n’est pas arrivé

L’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat et de Lutte contre la Corruption (ASCE/LC) a remis son rapport d’activités de l’année 2019 au président du Faso en ce début d’année 2021. Les audits contenus dans ledit rapport ont porté sur la commande publique, les comptes de dépôts, les régies d’avances et la gestion du carburant et des lubrifiants des institutions, notamment, la Présidence du Faso et le Premier ministère et les ministères. (Lire aussi l’article sur le rapport de l’ASCE/LC). Ces audits confirment la persistance de la mauvaise gestion de la commande publique avec des recours excessifs aux procédures exceptionnelles, notamment, l’entente directe, des malversations dans la gestion du carburant et des lubrifiants et des dépenses irrégulières au niveau des régies d’avances.

Toutefois, le rapport de l’ASCE/LC relève des avancées dans la lutte contre la corruption et la mal gouvernance dans les institutions publiques. En effet, au niveau de la commande publique, l’ASCE/LC note que le recours aux procédures exceptionnelles est de 28,24% du montant total des marchés sous revue, contre un taux de 35,59% en 2017. Ensuite, concernant les comptes de dépôts, les contrôles de l’ASCE-LC établissent 0,29% de dépenses irrégulières contre 2,25% en 2017. S’agissant des régies d’avances, les dépenses irrégulières représentent 1,50 %, contre 17,60% en 2017, soit une baisse de 16,10 points. Enfin, sur la gestion des carburants et lubrifiants, les consommations irrégulières sont de 2,24 %, contre 3,11 % en 2017.

Comme le fait ressortir le rapport de l’ASCE, Il y a donc une nette amélioration des indicateurs de bonne gestion des ressources publiques. Ces baisses pourraient s’expliquer par un certain nombre de réformes entreprises par le gouvernement, à travers la dématérialisation d’un certain nombre de procédures et réduisant progressivement les possibilités de malversations dans bien des actes de la gestion publique. L’on peut donc féliciter le gouvernement pour ces efforts, même si l’on peut se demander si les acteurs n’ont pas trouvé d’autres moyens de contourner les textes et règlements pour s’offrir « légalement » des prébendes indues.

En tous les cas, l’on ne peut que constater que l’on est encore loin du compte. Les institutions contrôlées font ressortir la persistance des manquements parfois graves dans la gestion des deniers publics. Cette situation est sans doute due à la faiblesse des poursuites judiciaires et l’absence de sanctions administratives contre les présumés auteurs des malversations et des détournements de deniers publics. L’impunité continue de régner en maître dans les eaux marécageuses de la gestion des ressources publiques. Certes, en 2020, il y a eu des cas rocambolesques comme le mandat de dépôt contre l’ancien ministre de la Défense Jean-Claude Bouda, mais dans l’ensemble, les révélations des médias et des institutions de contrôles restent sans suite. Du reste, même ce dossier qui a suscité tant
d’espoirs semble marquer.

Si le gouvernement veut réellement lutter contre la corruption et les malversations, il va falloir s’y prendre autrement. Il faut, d’une part, donner les moyens au pouvoir judiciaire de poursuivre les cas dénoncés dans les rapports de l’ASCE-LC, mais également ceux des médias, et d’autre part, prendre les sanctions administratives qui relèvent de la compétence de l’Exécutif. Il ne faut pas se méprendre ! La seule manière efficace d’assainir la gestion publique, c’est la fin de l’impunité des cas connus. Aucune réforme ne pourra venir à bout de la mal gouvernance et la cleptomanie chez bien des acteurs de la commande et de la gestion publiques, si elle n’est pas accompagnée de
mesures fortes et des sanctions exemplaires à tous les délinquants à cols blancs qui se sucrent sur le dos du peuple affamé. Alors, les réformes c’est bon, mais les sanctions sont nécessaires. Les légers reculs au niveau des indicateurs, c’est bon mais ce n’est pas arrivé !

Boureima OUEDRAOGO
Ecrit par
Boureima OUEDRAOGO

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc rhoncus sagittis tortor, a posuere tellus cursus suscipit. Pellentesque euismod aliquam lectus vel aliquet.

Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Boureima OUEDRAOGO Ecrit par Boureima OUEDRAOGO