La remontée de la Covid-19 interpelle toute la communauté nationale

es chiffres ont été révélés le dimanche 13 septembre dernier pour des tests réalisés le vendredi 11 septembre sur un échantillon de 1024 personnes, dont 736 cas contacts et 5 cas suspects. Le reste est composé de tests pour voyage (214), de voyageurs (46) et de contrôle (23). Les résultats sont assommants : 193 nouveaux cas confirmés, tous à transmissions communautaires. 189 cas ont été détectés à Bobo-Dioulasso et 04 à Ouagadougou. Les cas de Bobo seraient des élèves de l’Ecole nationale de magistrature (ENAM) en formation militaire dans la capitale économique du Burkina.

Ces chiffres records enregistrés ce 11 septembre sont très inquiétants et
suscitent légitimement beaucoup de questions. N’est-ce pas là l’expression manifeste du relâchement à tous les niveaux par rapport aux mesures barrières ? Comment a-t-on pu avoir une telle contamination à grande échelle dans une caserne militaire ? Pourra-t-on circonscrire les conséquences d’une telle remontée spectaculaire des cas de contamination ?

Logiquement, l’on devrait s’attendre à un respect scrupuleux des mesures barrières en ces lieux de strict respect de la discipline et de l’ordre. Mais hélas ! Les conséquences peuvent être énormes. D’autant plus que 76 d’entre eux ont déserté le camp tout en se sachant atteints de la Covid-19 et
doivent impérativement rester en quarantaine. Où sont-ils passés ? Ont-ils rejoint leurs familles à travers le pays ? N’ont-ils pas emprunté les transports en commun ? Pourquoi ont-ils fuit ? Bref, autant de questions
sans réponse pour l’instant, mais dont il va falloir en trouver au regard
de la multiplication de ces pratiques dangereuses.

En tous les cas, l’on peut se demander si l’on n’est pas parti pour une
propagation communautaire à grande échelle avec cette fugue massive de cas confirmés. Et ce n’est pas la première fois que l’on assiste à cette situation. Elle s’est déjà produite à Ouagadougou et à Houndé. Mais après les communiqués des autorités locales annonçant la désertion de ces individus, l’on n’a jamais eu droit à une communication sur les suites de ces communiqués sur des pratiques qui troublent la quiétude de la société et les mesures prises à l’encontre des auteurs, ni sur les conséquences de l’immersion des personnes contaminées dans la communauté.

Il faut impérativement trouver une solution à cette tendance incompréhensible de certains citoyens qui n’hésitent pas à prendre la fuite pour échapper à la quarantaine. L’on commençait pourtant à croire que la situation est sous contrôle. Mais désormais, le doute est permis. Effectivement, cette nouvelle fugue fait craindre une porte ouverte à une
transmission communautaire à grande échelle à travers le territoire
national.

En attendant les mesures prises pour interrompre cette nouvelle chaîne de
transmission communautaire, l’on ne peut qu’interpeller les autorités
sanitaires et politiques sur l’impératif de prendre des mesures fermes pour
protéger la communauté nationale face aux attitudes irresponsables de
certains citoyens. Plus de 7 mois après l’apparition de la maladie à Coronavirus au Burkina Faso, la chaîne de la prise en charge des cas confirmés devrait être suffisamment bien huilée pour rassurer chaque citoyen atteint. Mais tout porte à croire que l’on en est loin. Bien des Burkinabè préfèrent fuir le système sanitaire et le dispositif de prise en charge dès qu’ils sont testés positifs. Il faut rapidement remédier à cette situation de crise de confiance qui pourrait finalement être le déclencheur d’une remontée spectaculaire du Coronavirus au Burkina Faso.

Mais au-delà des autorités, c’est toute la communauté nationale qui est interpellée. Chaque citoyen, à son petit niveau, doit redoubler de vigilance et s’investir dans la sensibilisation de ses proches et voisins. Le Coronavirus est encore là. Il faut se protéger et protéger les autres. Il faut prémunir le Burkina Faso des conséquences désastreuses des petites négligences et insouciances dans la gestion de cette crise sanitaire qui s’installe durablement.

Boureima OUEDRAOGO
Ecrit par
Boureima OUEDRAOGO

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc rhoncus sagittis tortor, a posuere tellus cursus suscipit. Pellentesque euismod aliquam lectus vel aliquet.

Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Boureima OUEDRAOGO Ecrit par Boureima OUEDRAOGO

Nous suivre sur…