or

MINE D’OR D’INATA: Le PDG suspecté d’exploitation frauduleuse de l’or

Les travailleurs de la société des mines de Belahouro (SMB) sont en arrêt de travail depuis 18 mois, sans salaires et aucune mesure d’accompagnement de la part des patrons de cette mine. La société, reprise par le groupe BALAJI, n’est pas en mesure d’assurer le payement des salaires, optant de faire un protocole avec certains travailleurs à qui il verse des «miettes» par moments. Les travailleurs ont décidé de prendre l’opinion à témoin ce 12 octobre 2018. Mais il y a bien des choses pires que ce qui a été déploré par les travailleurs.

Les activités de la société des mines de Belahouro (SMB) ont été suspendues en mai 2017 avec pour conséquence, la mise au chômage des travailleurs. Jusqu’en octobre, les activités n’avaient toujours pas repris, puisqu’à cette période, les responsables l’ont fermée. Commence alors la galère pour les travailleurs.

C’est dans ce climat qu’est intervenue la transaction de vente avec AVOCET, c’est le PDG du Groupe BALAJI qui s’est présenté comme nouveau patron de la mine et détenteur du permis d’exploitation de la mine d’Inata. Le Groupe BALAJI invite des travailleurs au Ghana où il signe un protocole avec l’ensemble des travailleurs. Chaque employé qui adhère au protocole sera payé à l’équivalent de 4 mois de salaires de base, augmenté de sa prime d’ancienneté avec des échéances à l’appui. Mais ce n’était que du vent. Certains qui ont reçu ces payements ont vu leur paie retranchée de 20 à 40% encore que les cotisations sociales n’ont pas été payées et les   travailleurs sont invités à ne point poursuivre l’employeur.

Que de bavures ! Les 600 travailleurs ont saisi le Tribunal de travail afin que leur situation connaisse un règlement judiciaire, puisque les responsables de la mine ignorent royalement leur cas. Officiellement, la mine n’a pas encore été rouverte. Mais, selon les témoignages de certains travailleurs, le PDG aurait commencé depuis des mois, une production d’or contrairement à ce qu’il fait croire. Ces mêmes sources confient que des travailleurs ont été appelés sur le site afin de préparer le redémarrage des activités de production. Mais cette mission a très vite été muée en une activité de production d’or, des travailleurs ayant été réquisitionnés à cet effet. Ainsi, au moins 100 kg d’or ont déjà été extraits à plusieurs reprises. Mieux, le PDG tente de convoyer 63 kg d’or d’une valeur d’environ 1 milliard FCFA sur Ouagadougou, mais il sera interpellé et l’or récupéré par les services douaniers puis transmis à la Brigade nationale anti-fraude de l’or (BNAF).  Et ce n’est pas tout ! Les problèmes de cette mine sont légion ! Nous y reviendrons !

Aimé NABALOUM
Ecrit par
Aimé NABALOUM
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Aimé NABALOUM Ecrit par Aimé NABALOUM

Nous suivre sur…