PRATIQUE ILLEGALE DE LA MEDECINE AU BURKINA: Il y a péril en la demeure !

Ils sont nombreux ces imposteurs habillés en blouse blanche se prévalant du titre de médecin. En l’espace de 2 ans seulement, c’est au total 15 cas graves d’exercice illégal de la médecine que l’Ordre national des médecins du Burkina a répertoriés. 7 cas ont fait l’objet de poursuite judiciaire. Le bilan de cette traque au quotidien de ces délinquants d’un autre genre a été présenté par le Conseil régional de l’Ordre des médecins de Ouagadougou aux journalistes au cours d’une conférence de presse tenue le 23 février dernier. L’objectif étant de porter à la connaissance du public la situation des cas de pratiques illégales.

 

Le phénomène des faux médecins est de plus en plus préoccupant au Burkina. L’Ordre national des médecins en est très conscient et mène une lutte acharnée contre la pratique. C’est ainsi qu’il a diligenté beaucoup d’actions qui ont permis, entre autres, d’enclencher des poursuites judiciaires. Le cas le plus rocambolesque, à en croire le Professeur Charlemagne, président du Conseil régional de l’Ordre des médecins(CROM), est celui de Dabo Mamadou Cherif. Suite à une plainte du Conseil régional de l’Ordre des médecins, cet individu a été déclaré coupable des faits d’usage de faux, notamment de faux diplôme de docteur, d’usurpation de titre de médecine et d’exercice illégal de la médecine. Il a été condamné à 24 mois de prison ferme, interdiction de séjour de 10 ans et 40 millions de dommages et intérêts. Le prévenu a fait appel de la décision et, il n’y a pas eu d’audience. Que ne fut pas l’étonnement de l’Ordre des médecins d’apprendre qu’il a été mis en liberté provisoire par la Cour d’appel à l’audience du 13 février 2015 pour raison de santé ? Par la suite, il aurait profité de cette liberté provisoire pour prendre le large. Il s’est avéré que le certificat médical sur la base duquel cette liberté provisoire a été accordée était faux car signé par un autre faux médecin du nom de Ouédraogo Mahamadi. Ce dossier a été finalement enrôlé par la commission d’enquête du Conseil supérieur de la magistrature.

Une autre affaire, le cas de Ouédraogo Mahamadi, celui-là même qui aurait signé le certificat médical de Dabo Cherif. Il était fonctionnaire de l’Etat et a exercé dans la Fonction publique pendant plus de dix ans, avec un faux diplôme venu de la Côte d’Ivoire. Il a fait la chirurgie d’urgence à Sapouy. Il avait été mis aux arrêts. L’enquête qui a été confiée à un juge d’instruction s’est soldée par une mise en liberté provisoire de l’individu en attendant son procès. Et le CROM de se demander si celui-là aussi ne va pas prendre la poudre d’escampette.

Aussi il y a l’affaire de ce faux médecin anesthésiste réanimateur du nom de Dicko Mahamdi. Il évoluait au Burkina avec un faux diplôme qui proviendrait de l’université du Gabon. Suite à une plainte de l’Ordre des médecins en décembre 2015, qui a conduit à son arrestation par la gendarmerie, plus de nouvelle. Est-il toujours en détention ? Est-il en liberté provisoire ? Est-il hors du Burkina ?… L’Ordre s’interroge. Abordant le dossier d’Illah Mohamed Magelat, le Professeur Charlemagne Ouédraogo a précisé que ce dernier était le « promoteur » de 7 centres de santé dénommés « ASSOCIATION SANTE POUR TOUS EN 2030 ». L’individu a été condamné à une peine d’emprisonnement et doit payer des dommages et intérêts au Conseil régional de l’Ordre des médecins et à celui des pharmaciens. Jusqu’à ce jour, l’individu n’a pas soldé ses comptes avec les deux Ordres, et le CROM se demande s’il est toujours en détention ou libre.

Il y a aussi le cas de Ouédraogo Yacouba. Il a été reconnu coupable d’usurpation du titre de médecin à l’audience du 29 juillet 2016. Selon le Professeur Charlemagne, « il avait une structure de santé illégale et avait confectionné des cartes de visite de docteur en médecine ». Il a été condamné à 6 mois avec sursis et à payer le franc symbolique à l’Ordre des médecins.

Le cas de Direct Aid. Cette ONG et ses membres expatriés ont exercé illégalement la chirurgie sur des Burkinabè sans l’autorisation de l’Ordre des médecins dans un hôpital public du 23 au 27 mai 2016. Ils ont été reconnus coupables et condamnés de pratique illégale de la médecine.

Enfin, l’affaire Tangara, cet étudiant en médecine qui avait abandonné l’université en année de thèse et qui évoluait dans la médecine privée dans la ville de Ouagadougou. Il a été arrêté en flagrant délit d’exercice illégal suite à une plainte du CROM. Incarcéré à la MACO, il a été jugé et environ deux mois après, il a été relaxé.

Le CROM de Ouagadougou n’entend pas rester là. Il a promis d’intensifier la lutte tout en exhortant la population à plus de vigilance et de prudence. Selon le Professeur Ouédraogo, le cachet utilisé par chaque médecin contient son numéro d’inscription à l’Ordre et peut être vérifiable en cas de doute. Des projets seraient en cours avec les opérateurs de téléphonie mobile pour permettre de démasquer les truands de la médecine.

Frédéric YAMEOGO (Stagiaire)


Le «médecin pas comme les autres» du centre Ahmadyya suspendu !

Dans Le Reporter numéro 207 du 1er au 14 février, nous faisions cas, dans un article intitulé « Centre Ahmaddyya : un médecin pas comme les autres », d’un médecin aux pratiques singulières. Suite à cette parution, apprend-on, le Conseil régional de l’Ordre des médecins de Ouagadougou a convoqué l’intéressé pour l’entendre. Il ressort que le dossier de l’homme est assez problématique. Il utilise un diplôme de médecine pakistanais non homologué au Burkina. En clair, l’équivalence de ce diplôme n’ayant pas été établie, la compétence de ce médecin reste à prouver. Au regard de cela, l’Ordre a décidé de la suspension de l’intéressé de l’exercice de la profession de médecine au Burkina, en attendant qu’il se mette en règle. On apprend aussi qu’il serait allé, par la suite, voir le ministre de la Santé d’alors, Smaïla Ouédraogo, pour plaider la levée de cette suspension. Mais le ministre peut-il faire dérogation à la règlementation ? Affaire à suivre !

FY

Avatar
Ecrit par
Le Reporter
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Avatar Ecrit par Le Reporter

Nous suivre sur…