urne

Un échec programmé

Celui qui se laisse coiffer dans l’obscurité ne doit pas se plaindre qu’on lui a coupé les oreilles », avait affirmé Feu le Professeur Joseph Ki-Zerbo, lors d’un meeting du Collectif contre l’impunité à la place de la Nation, à Ouagadougou. En choisissant d’aller en rangs dispersés dans la bataille électorale, l’opposition a manqué véritablement de stratégie et s’est fait cueillir à froid. Elle a offert au président sortant sa réélection sur un plateau en or.

Dans toutes leurs interviews dans la presse, les principaux leaders de l’opposition soutenaient invariablement que le second tour était inévitable sauf s’il y a fraude massive. Forts donc de ce qui leur paraissait une évidence, ils ont signé un accord politique engageant tous les candidats signataires à soutenir celui qui arriverait au second tour contre le candidat sortant. Mais la plus grande faiblesse d’une telle stratégie c’est qu’elle laisse une ouverture à des candidatures multiples et un émiettement des voix
profitable à l’adversaire.

L’une des causes de l’échec de l’opposition, c’est d’avoir écarté l’hypothèse de la réélection du Président Kaboré dès le premier tour. Cela les a privés d’une réflexion stratégique pour renforcer leurs chances de s’organiser pour y faire face. Chacun a donc battu campagne selon les moyens de son ambition. Excepté quelques points communs dans le discours autour de la
réconciliation nationale, de la paix et la sécurité, chacun y est allé avec son projet de société et ses promesses électorales. Parfois, ils se sont naturellement contredits et même attaqués. C’est de bonne guerre et
c’est la règle du jeu. Puisque chacun joue la carte de son ambition
personnelle.

Finalement, aux résultats, c’est la débâcle et la déroute collective. Pour mettre en ballotage un président sortant, il faut bien plus que des discours et autres promesses. On ne se proclame pas héros ou sauveur. Il faut plutôt construire de véritables offres d’alternatives, les présenter au peuple électeur pour susciter son adhésion. Un tel travail ne se fait pas seulement pendant les 21 jours de campagne. Il se fait bien avant et pendant la campagne, ça devient juste des rappels et des communions entre les candidats et leurs soutiens.

Malheureusement, beaucoup de candidats de l’opposition ont attendu la campagne pour descendre sur le terrain. Ils étaient même absents lors de l’enrôlement. Pendant ce temps, les responsables des partis de la majorité ont parcouru villes et campagnes pour sponsoriser l’acquisition de cartes
nationales d’identité au profit de certaines couches vulnérables. Ce sont ces cartes qui ont permis à beaucoup de s’enrôler. Ils avaient déjà pris une longueur d’avance sur les opposants. Et ce n’est pas tout !

Le parti au pouvoir et bien de ses alliés ont assuré un maillage complet du territoire avec des représentants un peu partout. Ils se sont donc dotés d’un appareil électoral assez robuste qui peut se déployer partout où besoin est et en tout temps. Pour contraindre Roch Kaboré au second tour, l’opposition devait avoir une stratégie qui limite la puissance de cet appareil. Et ce n’est certainement pas en allant en rangs dispersés qu’elle pouvait y arriver. Si l’on y ajoute les saignées dans leurs propres rangs qu’ils ont négligées, l’on peut affirmer que l’opposition a péché par manque de stratégie et de clairvoyance. Elle paie cash cette grave négligence qui a largement profité à l’adversaire.

A l’heure du bilan, elle saura certainement en tirer toutes les leçons pour les échéances électorales à venir. Le prochain rendez-vous, ce sera en 2021 pour les municipales. Elles seront capitales pour la présidentielle et les législatives de 2025. Ne dit-on pas que qui voyage loin ménage sa monture ? Si elle veut donc rebondir, l’opposition doit vite digérer cette défaite et repartir sur le terrain ! Il en est de même pour ceux qui aspirent au changement. C’est maintenant qu’il faut redescendre dans l’arène.

Boureima OUEDRAOGO
Ecrit par
Boureima OUEDRAOGO

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc rhoncus sagittis tortor, a posuere tellus cursus suscipit. Pellentesque euismod aliquam lectus vel aliquet.

Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Boureima OUEDRAOGO Ecrit par Boureima OUEDRAOGO