simon

Une hystérie révélatrice !

Si le Burkina est devenu invivable, il faut partir ». Ces propos seraient ceux du président par intérim du MPP, à l’occasion d’une conférence de presse tenue le 11 avril dernier à Ouagadougou. Ce serait la réponse à une déclaration commune faite, la veille, par 12 ONG humanitaires œuvrant au Burkina, sonnant l’alerte quant à la dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire. L’opposition politique ne croyait certainement pas si bien dire que de qualifier ces propos d’irresponsables. Oui, même entre buveurs de « frelatés » de bas quartiers, on ne se parle pas ainsi. Qu’est-ce que les ONG ont-elles dit de si grave pour mériter une telle réaction pour le moins irrespectueuse ?

En parcourant cette déclaration de part en part, impossible de déceler le moindre motif. Alors, pourquoi une telle agressivité ? Comment un responsable de parti, de surcroît au pouvoir, peut-il s’adresser ainsi à des ONG qui ont passé de longues décennies à accompagner ce pays dans les moments difficiles? La réponse qui s’impose est sans doute celle de la panique à bord du navire MPP. Ce pouvoir semble totalement désemparé face à la situation de ce pays. Visiblement, « la réponse » n’a plus de réponse au problème sécuritaire posé. Du coup, il voit le mal partout. D’où sa grande frilosité face à tout ce qui touche à cette question. Il suspecte tout le monde de lui vouloir du mal. Même ses potentiels alliés deviennent rapidement suspects à ses yeux dès qu’ils osent prendre la parole. Le pouvoir veut certainement que tout le monde se taise et ferme les yeux sur son incapacité à apporter les solutions qu’il faut.

Mais cela n’est pas possible. Les gens ne se tairont pas pour aller docilement au suicide collectif. Chacun sera mis face à ses responsabilités. A bon entendeur, …

Y. Ladji BAMA
Ecrit par
Y. Ladji BAMA

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc rhoncus sagittis tortor, a posuere tellus cursus suscipit. Pellentesque euismod aliquam lectus vel aliquet.

Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Y. Ladji BAMA Ecrit par Y. Ladji BAMA

Nous suivre sur…