ARMES

VENTE D’ARMES ET DE MUNITIONS : Que de désordre !

ARMESLe milieu des commerçants d’armes est gangrené. Le constat est établi. Des enquêtes aussi bien de la police que de la gendarmerie ont révélé que des commerçants indélicats existaient dans le milieu et opéraient sur la place du marché. A plusieurs reprises, nous en avons fait échos dans nos colonnes. Mais, il y a encore à voir dans cette affaire.

Des armuriers indélicats avaient été interpellés, certains même pris la main dans le sac. Les faits ont été reconnus devant les officiers enquêteurs. Mais, jusquelà, l’on constate que rien n’est fait. Les armes et les munitions sont des marchandises de grande catégorie commerciale qu’il importe d’y veiller fortement. D’abord, leur importation est pratiquement l’exception à la règle. Les maux du milieu sont nombreux. Ensuite, on y dénombre des ventes de certaines catégories d’armes interdites. Non contents de cela, des commerçants d’armes en vendent à des particuliers sans autorisation de port d’armes. En plus, la vente à des non nationaux est très encadrée au regard de la règle sur la destination finale des produits.

Pourtant, ils sont nombreux les armuriers qui ne se gênent pas de le faire, allègrement, au nez et à la barbe des autorités en charge de surveiller le milieu et de faire respecter les règles en la matière. N’est-il pas temps de faire le point dans ce secteur tout aussi délicat que dangereux ? Combien d’armuriers existe-t-il au Burkina ? Quelles quantités d’armes et de munitions entrent à chaque importation ? A qui sont-elles vendues ? Autant de questions qui méritent qu’on y réponde avec exactitude. Le Mali et l’Espagne sont des pays, d’origine, prisés pour l’importation des munitions.

D’importantes opérations ont récemment été faites. Mais l’éternelle question reste les conditions de la vente. Il y a péril dans la demeure dans un contexte sécuritaire suffisamment fébrile. Il est urgent de faire quelque chose dans un secteur infesté par l’affairisme, le favoritisme et beaucoup de légèreté de la part de certains acteurs qui y voient un canal pour se faire des sous. Pire, il est de plus en plus question de deals autour de la vente des autorisations par des responsables du milieu des armes à des civils. Le ministère en charge de la sécurité devra ouvrir l’oeil et se rendre compte qu’il y a des choses louches sur l’ensemble de la chaîne. Les forces de la Direction générale de la police nationale qui a la charge des contrôles et des vérifications doivent s’inscrire résolument dans la logique de faire respecter la loi par tous ! Malheureusement, il y a à revoir de ce côté ! Nous y reviendrons !

Avatar
Ecrit par
Le Reporter
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Avatar Ecrit par Le Reporter

Nous suivre sur…