argent 3

AFFAIRE 300 MILLIONS DE L’UEMOA A l’ETAT-MAJOR : Ainsi donc c’était le fait de petits malins !

Dans notre dernière parution, nous nous interrogions sur la destination exacte des 300 millions FCFA que le président de la Commission de l’UEMOA avait remis au lendemain des attaques du 2 mars 2018 à l’État-major général des armées, en soutien aux victimes desdites attaques. En effet, écrivions-nous, plus d’une demi-année après ce don, les destinataires, dont les veuves et les orphelins, poursuivaient leur traversée du désert, presque dans l’indifférence générale, pendant ce temps, cet argent qui aurait pu les soulager un tant soit peu existe. Visiblement, notre article aura contribué à faire bouger les lignes de ce côté-là. On apprend que quelques jours après la parution de l’article, certaines victimes ont été contactées et une date a été fixée pour le payement des premiers bénéficiaires.

Et comme pour prendre l’opinion à témoin, une cérémonie à grand renfort médiatique a été organisée pour la remise des chèques de certains. Mais jusque-là, notre demande d’information adressée au chef d’Etat-Major général des armées (CEMGA) est restée sans suite. Rien ne filtre sur les raisons réelles de ce long silence, de plus d’une demi-année, qui a régné de la remise de l’argent en mars 2018 à octobre 2018, avant qu’on ne songe à désintéresser les infortunées  victimes qui en avaient pourtant  grandement besoin. La «grande muette», conformément à son nom, n’entend visiblement pas communiquer sur cet état de fait qui est loin de relever du fameux secret militaire et qui ne manque pourtant pas d’écorner son image.

En pareilles circonstances, la nature ayant horreur du vide, certaines rumeurs occupent le terrain. Certaines langues se délient et avancent certaines explications : le grand retard serait le fait de certains petits malins tapis dans les arcanes de l’Intendance militaire, qui auraient cherché à mettre du beurre dans leur pain, au grand dam des victimes. En effet, à en croire ces explications, et cela ne serait pas la première fois, après avoir reçu cette importante somme d’argent, plutôt que de chercher à soulager immédiatement les peines des victimes, on aurait préféré aller déposer l’argent en banque. Ainsi, au bout d’un certain nombre de temps, cet argent générerait forcément des intérêts que l’on retirera avant de remettre le principal à ses destinataires. La pratique ne serait pas nouvelle et elle permettrait à ces esprits malins de se faire de belles petites fortunes, par moments, au grand désarroi du plus grand nombre. Vrai ou faux, il nous a été difficile de vérifier ces informations.

Mais si tout cela s’avère, il y a sans doute lieu de déplorer avec véhémence cet état de fait. Les adeptes de cette pratique doivent y mettre un terme au plus vite, car cela est tout à fait inhumain. C’est vrai que nous sommes dans un contexte militaire et ce n’est pas un lieu fait pour les sentiments, mais il y a tout de même un Rubicon à ne pas franchir. Comment fermer les yeux sur la misère des veuves et orphelins de ses propres frères d’armes, malheureusement tombés sous les balles assassines des terroristes, pour chercher à s’enrichir coûte que coûte de cette façon-là ? Pourrait-on légitimement s’interroger. Affaire à suivre !

Y. Ladji BAMA
Ecrit par
Y. Ladji BAMA

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc rhoncus sagittis tortor, a posuere tellus cursus suscipit. Pellentesque euismod aliquam lectus vel aliquet.

Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Y. Ladji BAMA Ecrit par Y. Ladji BAMA

Nous suivre sur…