ASSASSINAT DE L’INVESTISSEUR RENE NIKIEMA : Qui est le gendarme braqueur mis aux arrêts

Le 27 octobre 2019, l’émotion a envahi l’opinion nationale qui apprenait avec stupeur, qu’un cambriolage contre une boutique Orange Money a tourné au drame avec un blessé par balles. La victime n’était personne d’autre que Wendbénédo René Nikièma, responsable à la communication de l’Association des investisseurs en trading (AIT) du Burkina. Aujourd’hui, l’enquête a fondamentalement évolué. On en sait un peu plus. Un gendarme, l’auteur présumé, a été mis aux arrêts. Mais qui  est-il  ?

Les parents de Wendbénédo René Nikièma ainsi que l’association des investisseurs en trading peuvent commencer à mettre un nom sur le présumé assassin de leur fils et ami, Wendbénédo René Nikièma. En effet, une fois le forfait commis, les flics n’ont pas traîné à mettre la main sur l’auteur, car, «il avait laissé suffisamment de traces derrière lui», confie une source bien au parfum du dossier : la balle ayant atteint le responsable à la communication des investisseurs, la moto abandonnée sur les lieux. L’auteur présumé du cambriolage de la boutique Orange Money et du tir, pratiquement à bout portant, sur René Wendbénédo Nikièma, est un jeune gendarme en fonction à Tenkodogo. Le Maréchal de logis (MDL) Jérémie Modérat Kaboré officiait, jusque-là, à la Brigade territoriale de gendarmerie de cette ville.

Agé de 26 ans, il avait été affecté auparavant au Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PISG) de Bagré. Mais courant mois de juin 2019, le jeune gendarme a eu maille à partir avec le groupe Koglweogo. Pour une histoire de moutons volés, à deux reprises, dit-on, le gendarme a été pointé du doigt. Quelques temps après ce forfait, Jérémie Modérat sera affecté à la Compagnie de gendarmerie de Tenkodogo. Et c’est de là qu’il a planifié de vider le coffre d’une boutique Orange Money située au quartier Bilbalgho (Ouagadougou), en emportant près de 500.000 FCFA. Ce cambriolage foireux a coûté la vie à René Wendbénédo Nikièma.

Ayant pu échapper à la vindicte ce jour-là et après s’être mis à l’abri quelques temps, il se rend à la brigade où il avait visé sa permission et y déclare le vol de sa moto. Et là, il va expliquer les circonstances de ce vol.  Selon des sources dignes de foi, Jérémie Modérat a expliqué qu’il s’était arrêté pour se soulager et c’est après avoir fini qu’il n’a pas vu son engin. En plus, il prend le soin d’appeler son supérieur hiérarchique pour déjà l’informer du vol de sa moto 135. Mais l’affaire était bien trop pourrie pour ne pas être connue. La police n’a pas tardé à mettre la main sur lui, car tous les indices remontaient vers lui. Il a été remis à la gendarmerie qui doit instruire la suite disciplinaire et judiciaire à donner.

Issu d’une famille ordinaire, le MDL Jérémie Modérat Kaboré ne comptait pas sur sa famille pour vivre et sa famille ne comptait pas non plus sur lui, car elle est à l’abri du besoin. Présenté comme un jeune calme, toujours heureux, il aime le show. Comme gendarme, il était aimé de ses chefs, dit-on. Celui que ses proches surnomment «100 ans» à juste 5 ans de service, dont deux ans de formation. Actuellement entre les mains de la gendarmerie donc, «100 ans» devrait certainement s’expliquer sur ce qui s’est passé. Affaire à suivre !

AN

Aimé NABALOUM
Ecrit par
Aimé NABALOUM
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

commentaire
  • Vous nous ferez vraiment savoir la suite aussi? Car ces genres de dossiers sont dans les cimetières à l’insu des fossoyeurs. À quand cette suite? Ce qui est sûr, il a tué; et il doit mourir. Et j’attends cette sentence.

Aimé NABALOUM Ecrit par Aimé NABALOUM

Nous suivre sur…