onea

BRANCHEMENTS ONEA A TOUDOUBWEOGO : Épinglée, l’agence E.N.G.A restitue les millions de l’arnaque

Dans notre précédente édition, nous nous sommes fait l’écho d’une arnaque dont sont victimes des demandeurs de branchement de l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) à Toudoubweogo (quartier périphérique de Ouagadougou). Après la parution de notre article, le service de communication de l’ONEA s’est fendu d’un communiqué dans lequel il dégage toute responsabilité de la nationale de l’eau dans cette affaire. L’agence délégataire de service (E.N.G.A) et auteur de ces pratiques illicites, semble avoir reconnu ses erreurs. Cernée de toutes parts, elle a commencé à rembourser les montant illégalement perçus. Mais l’affaire n’est cependant pas finie.

C’est la débandade totale. Il y a un rebondissement dans cette rocambolesque affaire d’escroquerie dont sont victimes des demandeurs de branchements particuliers de l’ONEA à Toudoubweogo. Visiblement, notre la publication de cet article a créé un électrochoc. Les pratiques de  l’agence E.N.G.A, qui, à travers une convention avec l’ONEA assure la distribution de l’eau dans cette partie de la capitale, sont mises à nue. En effet, au lieu de 30 500 FCFA comme tarif homologué et devant être appliqué, l’agence fait débourser au demandeur un prix nettement élevé, seul espoir pour avoir de l’eau à domicile.

Entre autres pratiques biscornues imposées dans cette zone non-lotie, nous avions mis le curseur sur les conditions d’enregistrements des  demandeurs à l’agence E.N.G.A. Très vite, l’on se rend compte que pour qu’un habitant de Toudoubweogo soit inscrit seulement sur la liste des demandeurs de branchement ONEA, il devrait déposer 7 000 FCFA dans les caisses du l’agence. Quelle cupidité ?

Et ce n’est pas tout. Après le paiement de cette somme, il est remis au demandeur des papillons pour matérialiser une somme de 2 000 FCFA pour la visite technique et 5 000 FCFA pour des frais de raccordement. Bien que les 2 000 FCFA exigés pour les frais de visite technique semblent être la pratique, force est de reconnaître que cette somme n’est pas règlementaire. C’est malgré tout que l’agence E.N.G.A a trouvé l’audace d’imposer aux demandeurs la somme de 5 000 FCFA pour acquérir du matériel de raccordement dit-elle.

Après la parution de l’article, le téléphone aurait crépité entre le promoteur et plusieurs personnes. Des tentatives d’étouffer l’affaire n’ont pas manqué. Mais c’était trop tard.

Curieuse démarcation de l’ONEA

Quelques 24 heures après la parution de l’article, c’est d’abord l’ONEA qui se fend d’un communiqué sur sa page Facebook où elle se démarque de ses délégataires qui arnaquent les demandeurs. Curieux ! Toute agence désireuse d’être délégataire de l’ONEA entre en relation avec l’ONEA à travers une convention dont les termes sont clairs et les conditions de déserte de l’eau sont connues de tous. C’est à ne rien comprendre donc quand l’ONEA dit se démarquer de la violation de la convention par ses partenaires en l’occurrence, E.N.G.A. Cela ressemble fort bien selon certains observateurs à une fuite de responsabilité de la part de la nationale de l’eau.

De nombreux usagers de l’ONEA dans les zones non loties font remarquer que l’ONEA est aussi comptable des agissements quand elle confie la gestion d’un service public aussi sensible que celui de l’eau à des promoteurs privés défaillants. A noter que d’autres témoignages qui nous parviennent font état de plusieurs cas d’affairisme similaires dans l’exécution du service public de l’eau par d’autres délégataires ONEA.

Quant à l’agence E.N.G.A prise de peur, elle aurait commencé à joindre téléphoniquement ses clients arnaqués. Les demandeurs sont appelés donc au téléphone afin de passer chacun récupérer le «trop-perçu» à savoir 5.000 FCFA. Gageons que cette manière permette d’atteindre tous les clients floués. Mais à Toudoubweogo, il y a encore d’autres situations ubuesques. Nous y reviendrons !

Avatar
Ecrit par
Simplice Zongo
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Avatar Ecrit par Simplice Zongo

Nous suivre sur…