roch

Ce n’est pas du tout joli, Monsieur le Président Kaboré !

La logique n’est pas belle, monsieur le président. Ce n’est pas joli à entendre non plus, encore moins à voir, l’image qui nous revient quand on vous écoute sur les cas des ministres soupçonnés de mal gouvernance, d’enrichissement illicite et dont les noms traînent dans les médias à la moindre occasion. A vous entendre, cela n’est pas suffisant pour vous pour dégommer un ministre du gouvernement quand les médias en font cas. Pourtant, monsieur le président, l’on se souvient du sort qui avait été réservé au Secrétaire permanent des engagements nationaux, de celui du chef de corps de la région militaire de Dédougou.

Pour le premier, les journalistes avaient révélé les déboires de gestion des projets et le second, ce sont des collègues qui l’ont fortement soupçonné d’être de connivence avec des groupes armés. Que ce soit pour l’un ou que ce soit pour l’autre, d’un tour de bras, à la seconde près, souvent même étant hors du pays, vous les avez fait dégommer, sans enquêtes judiciaires, sans rapports accablants non plus. Pendant ce temps, des ministres ont leurs dossiers judiciaires sur la table de la Haute Cour de justice. Mais ils se la coulent douce.

Nous avions cru que le Secrétaire permanent les engagements nationaux, le chef de corps de Dédougou étaient les premiers qui ouvriraient la marche d’une gouvernance qui se veut vertueuse, et cela sonnait le glas des indélicats qui gravitent autour du pouvoir. Y avons-nous cru trop tôt ? La bonne gouvernance, la gouvernance vertueuse que les Burkinabè appellent de tous leurs vœux voudrait qu’un ministre soupçonné soit relevé de ses fonctions pour s’expliquer et se mettre à la disposition d’enquêteurs. C’est cela la gouvernance vertueuse, Monsieur le Président Kaboré ! Nous attendons encore !

Aimé NABALOUM
Ecrit par
Aimé NABALOUM
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Aimé NABALOUM Ecrit par Aimé NABALOUM

Nous suivre sur…