COMMUNE RURALE DE SOURGOUBILA : Le Maire a-t-il menti aux Conseillers municipaux ?

Que se passe-t-il finalement dans  la Commune rurale de Sourgoubila ? Il y a comme un jeu de dupes qui ne dit pas son nom. Dans notre parution du 15 novembre 2019, nous faisions cas d’un projet initié par un promoteur privé en vue de réalisations sociales au profit des habitants d’un village de la Commune : Song-Naba. La technique, la stratégie et les moyens utilisés avaient d’énormes traits d’un projet immobilier. Pourtant, tous les traits d’une promotion immobilière se trouvent dans cette affaire. Mais il n’y a pas que ça. Le Maire a-t-il menti au Conseil municipal ? Les promoteurs ont-ils dupé le Conseil municipal ?

De plus en plus, la forte suspicion de promotion immobilière déguisée est en train de se confirmer. En novembre 2019, lorsque nous enquêtions sur le sujet, nos interlocuteurs avaient prétendu qu’il ne s’agissait point d’une promotion immobilière. Le Maire, Alexandre Zagré, le promoteur immobilier, Yacouba Ouédraogo, et ses acolytes que sont le député Raphaël Koama et le promoteur immobilier tapis dans l’ombre, Christophe Koama, ont expliqué qu’il s’agissait de réaliser des infrastructures sociales pour les  populations de Song-Naba.

L’affaire qui serait l’œuvre de bons samaritains n’en est pas une. Un promoteur immobilier, un homme d’affaires et un député qui coalisent leurs efforts pour acquérir des terres dans leur Commune afin de réaliser des infrastructures sociales à hauteur de 50 milliards FCFA ? Gratuitement ? Ça ne sent pas bon. Le Maire Alexandre Zagré affirmait que le Conseil municipal avait vu le caractère social des réalisations, leur impact sur la vie du village. De ce fait, son Conseil municipal ne pouvait pas laisser passer une telle occasion. Toute chose qui a prévalu à ce que le Conseil accepte l’offre gracieuse des promoteurs.

De par des complicités au niveau communal et villageois, les promoteurs avaient réussi à avoir auprès des paysans, un espace de 358 ha. Cet espace, selon eux, est destiné à la réalisation des infrastructures. Malheureusement, au regard du document projet «ville entreprenante » que nous avons pu voir, l’ensemble des réalisations ne prendra que 94 ha. La légitime question est : que deviendront les 264 ha restants ? Mystère ! Voici le nœud de tout le problème. Personne pour répondre à l’embêtante question. Mais, il y a plus grave !

Le deal en Conseil municipal

Ayant poursuivi l’enquête, l’on découvre des choses. En effet, le Maire de la Commune expliquait qu’au regard de l’importance des réalisations, faire l’effort d’offrir 358 ha en valait la peine. Malheureusement, il est difficile aujourd’hui de savoir qui dit la vérité. En effet, la session ordinaire du Conseil municipal en question, celle du 29 mars 2019, semble avoir délibéré d’autres choses qu’un octroi de terrain. De quoi a-t-il été question ? « Vu l’exposé des responsables de l’implantation du projet MOREDA ECF Sarl dans le village de Song-Naba, Commune de Sourgoubila, lors de la première session ordinaire 2019 du Conseil municipal sur convocation de monsieur le Maire pour s’entretenir avec les Conseillers municipaux sur leurs contributions au développement communal et la demande formulée par les responsables de cette structure».  Tel était formulé l’ordre du jour de la session du Conseil.

Au fond, il ne ressort nulle part une demande de terrain par les responsables de MOREDA ECF Sarl. Cet ordre du jour plus que flou dénote d’une volonté de ne pas se faire suffisamment clair. Pourquoi le Conseil n’a pas statué sur l’octroi d’un terrain ? Pourquoi, il ne ressort nulle part les besoins de la société MOREDA ? Il y a anguille sous roche.

Au final, voici ce que dit la délibération n° 2019-006/RPCL/PKWG/CSGBL portant autorisation d’implantation du projet MOREDA ECF Sarl (01 BP1606 Ouaga 01/ RCCM …..) dans le village de Song-Naba, Commune de Sourgoubila. Rien de plus ! D’où vient alors que les promoteurs et le Maire prétendent avoir eu l’aval du Conseil municipal pour un terrain de 358 ha ? Quelle session du Conseil municipal a autorisé l’occupation de ces hectares pour construire des infrastructures sociales ?

Si des paysans ont donné des terres aux promoteurs, les textes en vigueur stipulent que les responsables du projet devront avoir l’aval du Conseil municipal. Ce qui n’a pas été le cas. Il nous revient qu’au sein du Conseil municipal, les choses n’ont pas été clairement expliquées aux conseillers. En conséquence, certains membres du Conseil entendent avoir de plus amples explications avec le Maire au sujet de cette affaire de 358 ha.

Mais cette affaire risque d’aller bien plus loin que cela. En effet, des ressortissants du village de Song-Naba, qui s’opposent au projet, entendent ne pas se laisser faire. Ils tiennent mordicus à ce que toute la vérité soit dite. Certains tiennent le Maire pour responsable au cas où la situation viendrait à se dégrader. Dans ce contexte, l’affaire a été expliquée au Procureur du Faso près le Tribunal de Grande instance (TGI) de Ziniaré, qui serait en investigation pour se faire une idée de toute cette affaire. Affaire à suivre !

Aimé NABALOUM
Ecrit par
Aimé NABALOUM
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Aimé NABALOUM Ecrit par Aimé NABALOUM

Nous suivre sur…