CONCOURS DIRECT D’INSPECTEURS DES DOUANES 2018 : Une forte puanteur de fraude !

Le concours direct de recrutement des inspecteurs des Douanes session 2018 donne lieu actuellement à des grincements de dents. Les résultats définitifs de ce concours ne semblent pas faire l’unanimité. Certains candidats les contestent. Une contestation sur fond de suspicion de favoritisme dans le processus de recrutement. Des preuves de cette supercherie ne manquent pas. Le Tribunal de grande instance et le Conseil d’Etat ont été saisis pour faire la lumière sur l’affaire.

Ce fut des études universitaires pénibles, longues et interminables pour bon nombre d’entre eux. Malgré ces adversités, ils ont réussi tout de même à valider leurs années en obtenant leurs parchemins longtemps convoités. Tous heureux, ces diplômés   nourrissaient l’espoir de triompher enfin au dernier combat qui les attendait : s’insérer dans la Fonction publique. Que ce fut pénible durant toutes ces années pour ces étudiants qui ont essayé maintes fois de décrocher un poste de la Fonction publique. Toutes les tentatives furent vaines.

Pourtant, l’année 2018 semblait présager enfin le bout du tunnel pour ces intrépides. Mais hélas, des choses pas claires, à la limite très floues, dans le processus de recrutement, ont douché leurs maigres espoirs. En effet, à l’issue du concours direct de recrutement de cinq élèves-inspecteurs des Douanes session 2018, ces candidats ont franchi les différentes étapes, à savoir les épreuves écrites, sportives et déclarés admissibles conformément aux résultats publiés par ordre alphabétique le 16 octobre 2018. L’étape suivante fut celle de la visite médicale. Une semaine après, soit le 23 octobre, ces candidats se sont rendus au centre médical du Camp Sangoulé Lamizana pour la visite d’incorporation. C’est là que vont intervenir des choses pas très nettes dans le processus de recrutement. En effet, durant la visite, selon les différents témoignages, en ophtalmologie, trois des candidats avaient manifestement des problèmes d’acuité visuelle. Il s’agissait respectivement du candidat O.B qui a eu la  note de 10 /10 à l’œil droite, et 5/10 à l’œil gauche ; ensuite, du candidat T.P qui, lui, a obtenu la note de 6/10, et enfin le candidat P.R.P qui, lui, n’a pu lire ne serait-ce qu’un seul chiffre ou lettre. Ne s’en revenant pas, le médecin-examinateur fait signe à son collègue pour venir constater lui aussi à son tour. Tous ont unanimement constaté l’incapacité visuelle du candidat Parou Remi Pacali. Mais quelque chose d’assez surprenante va se passer.

Après la clôture de la visite médicale le 26 octobre 2018, les résultats définitifs proclamés le 05 décembre 2018 sont plus qu’ambigüs. Le nom du candidat P.R.P qui n’a pas pu lire une seule lettre et un chiffre est classé au troisième rang parmi les admis. Qu’est-ce qui a pu bien se passer ?

Est-ce normal qu’un candidat avec un tel handicap visuel puisse être déclaré apte à une visite médicale et de surcroît être admis à un concours tandis que des candidats bien portants à tous les niveaux retrouvent leur nom sur la liste d’attente? Curieux tout de même. Les candidats dont les noms sont sur la liste d’attente des résultats définitifs, et certains candidats qui ont pris part à la visite médicale ce jour-là, sont stupéfaits quant aux résultats définitifs. Comment comprendre qu’un candidat qui, au vu et au su des autres candidats, n’a pas pu lire un  seul mot, se retrouve être déclaré admis au concours en question, surtout que l’admission définitive comme l’a stipulé le communiqué, est subordonnée à la réussite de la visite médicale ? Pourtant manifestement, les résultats des différents examens médicaux sont clairs, ce sont les aptes qui ont fait la visite médicale des yeux.

Ces irrégularités ne constituent-elles pas une violation directe du communiqué d’ouverture du concours ? En somme, cet état de fait n’est-il pas constitutif d’une substitution des résultats définitifs d’admission au concours en question, au vu de l’article 376-4 du nouveau Code pénal ? En effet, le nouveau Code pénal dispose dans ledit article que «sont notamment considérés comme fraude à un examen ou concours toute pratique tendant à : -transmettre, communiquer, diffuser ou vendre des épreuves, leurs corrigés ou leurs solutions. A substituer lesdites épreuves, les résultats ou les listes des candidats…. »

En tout cas, certains candidats, ne comprenant pas l’aboutissement dudit concours, n’entendent pas laisser cette affaire qui a une puanteur de fraude. C’est dans cette dynamique que des candidats ont déposé une plainte auprès du Tribunal de grande instance de Ouagadougou, en vue d’élucider l’affaire et d’en tirer toutes les conséquences. Par ailleurs, une requête déposée auprès du Tribunal administratif de Ouagadougou par un candidat demande des mesures conservatoires, à savoir la conservation des copies, des relevés de notes, des différents procès-verbaux, de même que les résultats des différents examens médicaux relatifs au concours, dans l’espoir que toute la lumière soit faite.

Aux dernières nouvelles, un recours a été déposé par ces candidats auprès du Conseil d’Etat, en vue d’une annulation du communiqué portant résultats définitifs du concours direct de recrutement d’élèves inspecteurs divisionnaires des Douanes session 2018.

Nous y reviendrons !

Salifou OUEDRAOGO

Avatar
Ecrit par
Le Reporter
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Avatar Ecrit par Le Reporter

Nous suivre sur…