COOPERATIVE D’EPARGNE ET DE CREDIT GALOR : Une Assemblée générale sous hautes tensions

Inespérée, incertaine, l’Assemblée générale de la Coopérative d’épargne et de crédit Galor (COOPEC Galor), qui devait se tenir courant juin 2019, a enfin eu lieu ce 26 octobre 2019. Que de tractations pour y arriver ! Selon les textes fondateurs de cette maison d’épargne et de crédit, les Assemblées générales dans les coopératives décentralisées devraient se tenir bien avant celle de toute la centrale. Cependant, les membres du Conseil d’administration auraient intimé l’ordre à ces bureaux de ne pas le faire avant leur feu vert. Ont-elles eu lieu ? Selon certaines indiscrétions, ces rencontres ont eu lieu. Mais il y a un hic : les élections, par contre, n’ont pu se tenir pour désigner de nouveaux dirigeants au niveau local.

Quoi qu’il en soit, la grande Assemblée générale de COOPEC Galor s’est tenue le 26 octobre 2019 à Ouagadougou. C’est la salle de réunions d’une université privée qui a servi de cadre pour cette rencontre qui ne présageait rien de bon. D’abord, quelques jours avant cette Assemblée générale, une importante réunion a été tenue au siège de la Coopérative même, sis à la cité 1200 Logements. 

Il a manqué de peu que la salle de réunions ne s’enflamme, disent certains. Houleuse, cette réunion de préparation l’a été. Des participants ont voulu saisir l’occasion pour cracher leurs vérités aux dirigeants de la Coopérative et régler définitivement leurs comptes. L’une des pommes de discorde aura été la question des rémunérations et des avantages octroyés à certains employés, sur décision des membres du Conseil d’administration. En effet, des agents recrutés par le Conseil d’administration depuis Ouagadougou, ont été envoyés dans les bureaux en province pour y servir. Il se trouve que ce type de personnel est traité sur une grille d’indemnités autre que celles octroyées à leurs collègues recrutés sur place. Du  coup, les agents du même service se voient différemment traités, provoquant des bisbilles entre employés.

Ce sujet qui devrait permettre de «tirer les oreilles» du Conseil d’administration a failli tourner au vinaigre. Heureusement que les colères ont été contenues. Mais pour combien de temps ? En rappel, depuis quelques temps, le Conseil d’administration de COOPEC Galor a maille à partir avec certains membres qui crient à la caporalisation de la structure et à l’absence de démocratie interne. Soupçons de favoritisme, d’avantages indus, népotisme avec les recrutements des connaissances ou sur la base des liens de famille ou de proximité, des prêts non remboursés des membres du Conseil d’administration,  etc.

Les problèmes sont d’ailleurs légion, comme nous le rappelions dans nos précédentes éditions. En plus des problèmes de gouvernance décriés ainsi que le non respect de la règlementation régissant les coopératives, certains membres éprouvent des difficultés pour retirer leur argent déposé dans des caisses d’épargne. C’est le cas de Manga, où des membres attendent toujours de rentrer dans leurs fonds. Nous l’avions également écrit. Affaire à suivre !

Aimé NABALOUM
Ecrit par
Aimé NABALOUM
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Aimé NABALOUM Ecrit par Aimé NABALOUM

Nous suivre sur…