cours

COUR DES COMPTES : Un agent de la DAF écroué à la MACO pour détournement

L’information a créé plus qu’une onde de choc au sein de l’institution : la surprise et la désolation. Un agent de la Direction de l’administration et des finances (DAF) de la Cour des comptes a été récemment déposé à la Maison d’arrêt et de correction (MACO) de Ouagadougou, en attendant son jugement. Le motif ? Ce dernier a détourné des fonds d’un projet financé par des partenaires étrangers et dont la Cour des comptes était bénéficiaire.

Selon plusieurs sources contactées, il n’y a plus de mystère autour de l’affaire. Ce n’est donc pas dans un rêve : un agent de la Cour des comptes et pas d’autres services de l’Etat, a détourné des fonds. Les faits remontent à quelques mois. En effet, on apprend que l’agent en question, qui exerce au sein de la Direction de l’administration et des finances (DAF), a pris un malin plaisir à détourner les fonds initialement prévus pour un projet.

Selon les premiers témoignages, tout est parti d’un audit réalisé à la Cour des comptes. Les premiers responsables de l’institution ont estimé, à un certain moment, qu’il était opportun de procéder à un audit, surtout financier de la maison. Toute chose qui permettra de détecter les tares, les goulots d’étranglements, les erreurs et surtout d’être plus performante. Un cabinet a alors été identifié et la mission lui a été confiée.

Une fois l’audit terminé, les premiers résultats ont commencé à se pointer, et des trous «financiers» dans la gestion de la DAF sont signalés. C’est alors que les responsables se sont rendu compte que les fonds d’un projet ont littéralement disparu. Selon les premiers éléments en notre possession, des partenaires financiers du Burkina et pas des moindres, dans un regroupement, avaient décidé de financer certaines activités de la Cour des comptes. Les sous ont alors été versés. C’était sans compter avec l’habileté de l’agent qui n’a trouvé rien d’autre à faire que de s’accaparer les fonds.

Mais ce n’est pas tout. Les partenaires financiers, qui ont eu vent de l’affaire, auraient demandé que les fonds soient restitués. Quel montant l’agent a eu le temps d’engouffrer dans ses proches ? Combien les partenaires ont-ils débloqué au profit de la Cour des comptes ? A quel projet exactement étaient destinés ses fonds ? Autant de questions qui ne tarderont pas certainement à avoir des éléments de réponse. Pour l’instant, l’affaire est présentement entre les mains des juges au Tribunal de Grande instance (TGI) de Ouagadougou. Tout de même, les précautions ont auparavant été prises pour que l’indélicat puisse séjourner à la Maison d’arrêt et de correction (MACO) de Ouagadougou, en attendant de connaître son sort, un jour, devant le juge. Affaire à suivre !

Aimé NABALOUM
Ecrit par
Aimé NABALOUM
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Aimé NABALOUM Ecrit par Aimé NABALOUM

Nous suivre sur…