argent 3

DISTRICT SANITAIRE DE BASKUY : Des procédures suspectes dans l’attribution des marchés publics.

Les règles de passation des marchés publics sont bien particulières dans le district sanitaire de Baskuy. A la manœuvre, le Médecin-chef du district. Il semble imposer des mesures dérogatoires de gestion des crédits  délégués qui suscitent beaucoup de  curiosités.

Les procédures de passation et d’exécution des marchés publics posent sérieusement problème dans le district sanitaire de Baskuy. L’on n’hésite pas à tordre le cou aux textes en la matière. Au premier plan, le Médecin-chef du district, Dr Léandre Komi. A lui seul, il assure bien souvent toutes les phases de la procédure. Dans les procédures de demande de cotation, bon de commande et autres, il semble jouer le rôle du gestionnaire des crédits alors qu’il y a un gestionnaire de crédit dûment nommé et c’est à lui que revenait l’exécution de la phase administrative de la dépense publique. Le 23 janvier 2018, le Médecin-chef du district sanitaire de Baskuy autorise les dépenses du Bon de commande N° 30-RA-DS-Baskuy-2017 du 11/12/2017 pour l’entretien et la maintenance électricité d’une valeur de 346 000 FCFA. Curieusement, on se rend compte que c’est lui qui a réceptionné les travaux et c’est encore lui qui atteste que le service a été exécuté conformément aux prescriptions de la facture proforma.  Le  responsable en charge des finances, qui est le gestionnaire des crédits, a été mis devant le fait accompli, il n’a été associé ni de près, ni de loin à cette procédure.

Comment peut-il être à la fois l’ordonnateur et le gestionnaire de crédit ? Aussi, le Médecin-chef a été plusieurs fois membre de commission d’examen des cotations et s’est aussi donné le droit d’adresser les lettres à des soumissionnaires pour prendre part à une consultation.  Cela, au mépris des règles d’efficacité et de transparence de l’exécution du budget qui impose que toutes les tâches ne se retrouvent entre les mains d’une seule personne. Selon des témoignages concordants, le CSAF (Chef de service administratif et financier), dans sa mission de contrôle sur les pièces justificatives des activités réalisées dans le district sanitaire, a déjà même relevé à plusieurs reprises, des irrégularités frappantes et répétées qui portent atteinte au décret n°2017-0049/Pres/Pm/MINEFID portant procédure de passation, d’exécution et de règlement des marchés publics et des délégations de service public.

Comme pour corriger ces irrégularités, il a eu à rappeler d’une part, à maintes reprises, que le gestionnaire des crédits est le responsable en charge des finances et que c’est ce dernier qui doit exécuter la phase administrative de la dépense en relation avec le premier responsable de la structure. D’autre part, il mentionne que si le montant prévisionnel est strictement inférieur à un million de franc CFA, le gestionnaire de crédits consulte, de façon non formelle, au moins trois prestataires qualifiés et retient l’offre la moins disante. Ces rappels à l’ordre ont-ils été entendus au niveau des premiers responsables du district sanitaire ? Ce n’est pas si sûr.

A la dernière minute, l’on apprend que le responsable administratif et financier a été déchargé de la gestion des crédits délégués au niveau de Baskuy par le Médecin-chef du district et remplacé par un ancien travailleur du district. Simple coïncidence? Mais le Médecin-chef du district, Dr Léandre Komi, est formel. Il n’a aucun problème à son niveau; il se contente de signer les lettres qu’on lui présente. Il ne monte pas de dossiers de marchés, tout cela pour dire qu’il ne gère pas de crédits délégués. Selon lui, on l’accuse à tort parce qu’il dit n’avoir jamais réceptionné des travaux et nie avoir été membre de commission. Et pourtant, certains documents attestent qu’il a bien été membre d’une commission, puisque sa signature y figure. Mais à l’en croire, ce sont des formalités, juste pour faire passer le dossier qu’on mentionne son nom comme
membre de commission. Il ajoute par ailleurs être au début du processus parce qu’il engage le district et à la fin, parce qu’il contrôle le service fait.

Ecrit par
Frédéric YAMEOGO
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Ecrit par Frédéric YAMEOGO

Nous suivre sur…