INNOVATION DANS LES CONCOURS DE LA FONCTION PUBLIQUE : Que de tâtonnements!

Le ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale a pris la décision courageuse et salutaire d’innover dans le système de recrutement aux concours directs de la Fonction publique. Après, l’inscription en ligne, voilà la correction électronique des copies. Ces innovations imposent une manière de faire qui n’est pas connue des candidats et même des organisateurs. D’où la nécessité d’information et  de formation de l’ensemble des acteurs impliqués dans le processus. Mais, le déroulement de cette édition révèle des tâtonnements et autres erreurs qui  ne sont pas de nature à rassurer les candidats et c’est peut dire.

Le 25 août dernier, début effectif des concours de la Fonction publique, session de 2018. Les candidats ont pris d’assaut les centres de composition. Il fallait vite rejoindre les centres pour répondre aux appels. Même la pluie matinale n’y pourra rien et surtout que la particularité de cette édition impose des préalables. Une fois dans la salle, les surveillants doivent, après la lecture des consignes générales, expliquer aux candidats les procédures de codage du numéro d’inscription figurant sur le récépissé du candidat. Si dans certaines salles, les formateurs ont expliqué correctement aux candidats le  processus, dans beaucoup de salles, le tâtonnement était frappant.  Les candidats sont même souvent obligés de porter secours à ces encadreurs circonstanciels. Dans une des salles du Lycée technique Aboubacar Sangoulé Lamizana (ex-LTO) où avait lieu le concours de recrutement des conseillers en gestion des Ressources humaines, le ridicule était au rendez-vous. Les surveillants prennent un exemple de numéro d’inscription à 6 chiffres pour expliquer aux candidats  le processus de codage. Mais certains candidats ont cinq chiffres et le font savoir aux surveillants. Confusion totale au niveau des surveillants. Ils ne savent pas quoi faire.

Après un moment d’hésitation, ils décident de se référer aux supérieurs. Soudain, une dame, certainement membre de l’équipe d’organisation, rentre dans la salle pour venir répondre aux préoccupations posées par les candidats.  Avec tout le sérieux qu’impose la pré-occupation, elle met en garde les candidats qui utilisent les récépissés d’inscription des années passées. Surprise ! De quoi parle-t-elle ? Pour elle, ceux qui parlent de récépissés de cinq chiffres utilisent des récépissés de l’année passée parce qu’elle ne comprend pas qu’en cette session, il puisse avoir des récépissés à cinq chiffres. Stupéfaction générale. Finalement, les candidats qui maîtrisaient le codage ont été mis à contribution pour expliquer le processus.

Dans un autre centre d’un autre concours, une surveillante a confié avant la séance d’explication qu’elle ne maîtrisait pas le processus. C’est la deuxième surveillante qui a difficilement expliqué le processus de codage. Les cas sont légions. Comment cela peut-il s’expliquer ? N’ont-ils pas été formés avant dans ce sens ?

A cela s’ajoute la question d’attribution du numéro d’inscription des récépissés lors de l’inscription en ligne. Il se trouve que plusieurs candidats  se sont retrouvés attributaires du même numéro de récépissé. Une situation difficilement maîtrisée par les organisateurs. Au niveau du concours des administrateurs des sites touristiques, quatre candidats avaient le même numéro et il fallait réattribuer d’autres numéros aux candidats se trouvant dans cette situation. Un même candidat s’est vu attribués successivement deux numéros. Premièrement, un monsieur est venu lui donner un nouveau numéro, autre que celui figurant sur son récépissé, donc désormais, c’est ce numéro qu’il devra coder sur sa feuille de composition. Curieusement, après une vingtaine de minutes, la même personne est venue changer encore le nouveau numéro qu’elle lui avait attribué. Il lui donne un autre numéro. Le candidat est visiblement  désorienté, il ne comprend pas ce tâtonnement. Mais il n’était pas le seul dans cette situation. Une candidate aussi était dans la même situation et elle a été oubliée par le «donneur de nouveau numéro». Soudain, il se souvient d’elle et lui attribue de façon lapidaire un nouveau numéro.

Aussi, dans une autre salle d’un autre centre, trois candidats avaient le même numéro. Les numéros se télescopent et la légèreté avec laquelle ils sont repérés et octroyés aux candidats fait peur aux candidats. Le récépissé étant la clé principale d’identification cette année. Ces cas devraient être repérés et traités à l’avance. Aucune tergiversation ni négligence ne saurait être acceptée.

Des  sujets mal conçus ?

Les sujets de composition aussi ne sont pas en reste.  Souvent, on voit des propositions de réponse sans question préalable et le candidat ne sait pas quoi faire. Il devra se référer à quelle question pour faire le choix des réponses? Est-ce une stratégie de sélection?  Est-ce des erreurs de frappe ou de conception des sujets?  Ces cas se sont répétés dans les sujets de cette édition. Aussi, il y a eu des cas où il  y avait 6  propositions de réponses et pourtant il y a cinq cases possibles, prévus sur la feuille de réponse, numérotés de A à E. Souvent, la bonne réponse est la sixième proposition. Il y a donc un manque de case pour renseigner et les candidats n’ont pas eu de précision. Le cas du concours de recrutement des élèves administrateurs des hôpitaux est assez illustratif. Si certains candidats ont reçu des consignes pour traiter selon leur manière, d’autres par contre ont reçu une consigne différente, et c’est à dix minutes de la fin qu’il a été dit de laisser la partie sans toucher. L’inquiétude prend place étant donné que les réponses ne sont pas forcément  liées à la sixième proposition. Comment sauront-ils faire la part des choses ?

Par ailleurs, il y a eu ce scénario qui consiste à mettre les propositions de réponse en chiffres au lieu de les mettre en lettres. Cela pose un problème parce que les cases  à  renseigner  sont en lettres et généralement numérotés de A à E. Toutes ces imperfections commandent des interrogations sur le caractère sérieux de l’organisation de cette édition toujours en cours.

Ecrit par
Le Reporter
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Ecrit par Le Reporter

Nous suivre sur…