La communauté musulmane ne mérite pas ça !

C’est un secret de Polichinelle de dire qu’il y a une crise au sein de la communauté musulmane du Burkina Faso. La dernière grande actualité à savoir le retour du grand Imam de la mosquée centrale de Ouagadougou Aboubacar Sana aurait dû être l’occasion pour que la communauté se recentre sur l’essentiel : créer les conditions d’une véritable paix au
Faso. Mais hélas !

Sitôt revenu auprès de ses frères dans la foi, il va faire l’objet d’une furie sans nom. Une vilaine vidéo a fait le tour des réseaux sociaux où l’on
aperçoit l’Imam Aboubacar Sana éconduit comme un malpropre de la mosquée centrale. Il faut le dire, il est impensable que le « vieux » ait subi ce qui s’est passé, quel que soit ce qu’il a fait ou ce qui pourrait lui être reproché.

Cette situation qui sévit au sein de la communauté musulmane doit prendre fin et au plus vite. Il est encore temps de resserrer les rangs, bannir les démons de la division. Elle doit trouver une solution d’abord comme un linge sale. Le dire ne voudrait en rien dire s’ingérer dans les affaires religieuses d’une communauté. Le dire et le dénoncer c’est croire fermement qu’il est inadmissible que l’ensemble du pays reste là à observer ce qui se passe sans rien dire. Car de la quiétude et de la cohésion au Burkina, il en dépend. Et il y a bien de bonnes volontés dans ce pays qui savent dénouer des nœuds bien tordus. Agissez !

La communauté musulmane du Burkina, c’est plus de 60% de la population et ça ce n’est pas rien. Si elle est malade, aisément, concluons que tous les Burkinabè vont en souffrir. Alors, on fait comment ? Des esprits tordus et habités par les haines, il en existe partout. Et à chaque groupe de les détecter, les isoler avant de les ramener sur le juste chemin. Ne disons pas que cela ne concerne que les musulmans.

Mais pensons que ce sont des Burkinabè qui ne s’entendent pas et risquent de s’auto-détruire. Ainsi, nous parviendrons à faire de cette terre un havre !

Aimé NABALOUM
Ecrit par
Aimé NABALOUM
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Aimé NABALOUM Ecrit par Aimé NABALOUM

Nous suivre sur…