Djibrill-Bassole

Le Général Djibrill Bassolé pris dans son propre piège ?

A peine rentré de Tunisie après deux mois de soins, que le Général Djibrill Bassolé, en conflit avec la loi pour son implication présumée dans le putsch manqué de septembre 2015, recommence à faire parler de lui. L’on avait annoncé qu’il devrait poursuivre ses soins en Turquie, sur demande expresse du Président Recep Tayyip Erdogan. Ce qui a été formellement démenti par l’Ambassadeur de Turquie au Burkina. Ensuite, l’on a présenté la piste turque comme étant l’invention du responsable de la clinique tunisienne pour pouvoir renvoyer le Général à Ouagadougou. A quel dessein ? On en sait rien.

L’on apprendra, plus tard, que les Avocats de Djibrill Bassolé, atteint, dit-on, d’un cancer qui ne peut être pris en charge au Burkina, ont écrit au président de la République française, le 24 mai dernier, pour demander l’évacuation de leur client en France pour des soins. Cette démarche est pour le moins curieuse. L’on peut effectivement s’interroger encore sur le sens de ce choix de demander au président français d’intervenir dans une affaire d’évacuation d’un citoyen burkinabè dans son pays pour recevoir des soins. Toutefois, quand  on fait le lien avec la sortie médiatique du président de son parti, Mahamadou Dicko, qui a ouvertement accusé le pouvoir en place d’avoir programmé la mort à petit feu du Général Bassolé, l’on ne peut s’empêcher de se demander si l’on n’a pas monté les enchères pour lui permettre de mettre hors de portée du Tribunal militaire. En effet, si le pouvoir veut tuer le Général Bassolé, ce sera suicidaire d’y retourner.

Ensuite, le ministre de la Justice, René Bagoro, sort du silence pour annoncer que le gouvernement ne fait aucune obstruction à l’évacuation du Général. Sa demande d’évacuation aurait été transmise au Tribunal militaire qui ne peut trancher du fait du mouvement d’humeur des Avocats qui a bloqué les audiences depuis plus d’un mois. Cette sortie du ministre de la Justice a suscité une réaction du Bâtonnier Salambéré, qui  ne voit pas de lien entre leur mouvement et l’évacuation de Bassolé, d’autant plus qu’à sa première évacuation, il n’y aurait pas eu de décision du Tribunal militaire prise au cours d’une audience. Et comme une réaction appelle une autre, le Directeur du Tribunal militaire, le Colonel Sita Sangaré, répond  au Bâtonnier en affirmant que les conseils du Général ont bel et bien introduit une requête au Tribunal militaire qui devrait statuer à sa toute prochaine audience. Dans la foulée, il annonce que les médecins tunisiens ont estimé que l’état de santé de Bassolé s’était amélioré et qu’il pourrait poursuivre son traitement au Burkina.

Et le Bâtonnier revint à la charge. Bref, c’est à un véritable jeu de ping-pong que l’on a assisté, relativement à l’état de santé de Djibrill  Bassolé. Que cachent tous ces bruits ? Tout porte à croire que ce n’est pas anodin. Du reste, dans cette affaire de putsch manqué, Djibrill Bassolé a usé de tant de subterfuges que tout ce qui vient de lui est perçu dans l’opinion comme étant une nouvelle ruse pour échapper à une éventuelle sanction au terme du procès. A défaut d’échapper au procès, il chercherait maintenant à échapper à la sanction, se convainquent bien de ses compatriotes. Pour sa première évacuation, bien des Burkinabè étaient sceptiques sur son retour. Cette fois encore, peu de gens croient en la sincérité de la démarche. A force de nier les évidences, de tenter de tourner tout le monde en bourrique depuis le début de cette affaire, le Général Bassolé est pris dans son propre piège.

En tous les cas, s’il est effectivement établi que son état nécessite une évacuation, le Tribunal militaire n’a d’autre choix que d’autoriser son évacuation et le gouvernement également ne peut que s’exécuter. Quel intérêt le  pouvoir a-t-il à laisser mourir un citoyen malade, même accusé de tentative de coup d’Etat ? Mais il appartient au pouvoir d’apporter des informations exactes sur la situation et rassurer l’opinion qu’il ne s’agit pas d’un plan de liquidation physique du Général Bassolé.

Boureima OUEDRAOGO
Ecrit par
Boureima OUEDRAOGO

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc rhoncus sagittis tortor, a posuere tellus cursus suscipit. Pellentesque euismod aliquam lectus vel aliquet.

Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Boureima OUEDRAOGO Ecrit par Boureima OUEDRAOGO

Nous suivre sur…