LONAB : Où sont passés les 6.985.506 FCFA de l’ancien DG Adama Kaboré ?

Il souffre aujourd’hui pour avoir joué la carte de l’intégrité au moment des faits. Même s’il ne le regrette pas, il n’arrive pas à comprendre que justice ne lui soit pas rendue. Nommé Directeur général de la Loterie nationale burkinabè (LONAB) en 1996, il le restera pendant 4 années. A la fin de sa mission, il a été payé en monnaie de singe. C’est la seule interprétation possible de ce que subit aujourd’hui Adama Pagnan Kaboré, ancien Directeur général de la LONAB de 1996 à 2000. Malgré ses réclamations, il n’est pas encore rentré en possession de ses indemnités. A l’époque, la société qu’il quittait devait lui verser des indemnités à hauteur de 6.985.506 FCFA. Mais rien. Pourquoi la LONAB refuse-t-elle de régler cette note à son ancien Directeur général ?

Indemnités de fin de contrat, congés payés, prime de bilan, 13e mois, ce sont là, les frais que la LONAB (Loterie nationale burkinabè) devrait calculer, rassembler et payer à son ancien Directeur général, Adama Pagnan Kaboré. Jusque-là, l’intéressé continue d’attendre, en vain. Nommé
Directeur général de la LONAB par le décret n°96-099/PRES du 12 avril 1996,
Adama Pagnan Kaboré aura servi la nationale des jeux du hasard pendant quatre années. Pendant ces années, il a réussi à révolutionner le jeu du hasard au Burkina, porté la société sur ses frêles épaules, réussi à trouver des financements pour une Loterie nationale moderne.

Mais hélas ! Le 15 décembre 2000, soit pratiquement 20 ans aujourd’hui qu’il a été mis fin à ses fonctions. En fin de mission donc, certains avantages lui revenaient de droit. L’idéal aurait été qu’il se paie lui-même lesdits droits avant de partir. Mais, il a cru en la bonne foi de ceux qui ont pris sa place comme responsables de la LONAB. C’était l’erreur à ne pas commettre. En récapitulant, au moment de la fin de sa mission comme Directeur général, la LONAB devrait verser à son ancien DG, des indemnités de fin de contrat d’un montant de 1.079.725 FCFA, une somme de 4.091.515 FCFA comme prime de congés payés, une prime de bilan pour l’exercice de l’année 2000 à hauteur de 907.133 FCFA et un 13e mois exercice 2000 à hauteur de 907.133
FCFA également. Le tout faisant un montant global de 6.985.506 FCFA.

Selon lui, ces différents calculs ont été faits par le service de comptabilité de la LONAB en avril2001. Mais jusque-là, il n’a rien reçu. Ayant tenté de se faire payer lesdits droits en vain, Adama Pagnan et la LONAB ont fini par se retrouver à l’Inspection du travail de Ouagadougou en février 2003. A l’issue des discussions devant l’inspecteur du travail, aucun n’accord n’a pu être trouvé. Un procès-verbal de non- conciliation est d’office signé. L’affaire sera finalement portée en Justice en décembre Le Tribunal de travail, qui a été saisi, se déclare incompétent au prétexte qu’il n’existe pas de contrat de travail entre Adama Pagnan Kaboré et la Loterie nationale
burkinabè. Alors, questions : la LONAB ne recrutant pas ses Directeurs généraux, qui allait établir ce contrat ? Qui l’aurait signé ? Le décret de
nomination n’est-il pas suffisant ? C’est à ne rien comprendre à la fin.

Tout s’est fait comme si l’intéressé n’a jamais été Directeur général ou même, n’a jamais travaillé au profit et pour le compte de la LONAB. Les 6.985.506 FCFA n’ayant pas encore été payés par la LONAB, son ancien Directeur général exige plus, au regard des préjudices qu’il a subis. S’il doit être payé, le montant doit aujourd’hui être modifié. Ainsi, de 6.985.506 FCFA en 2000, Adama Pagnan Kaboré réclame, en 2020, la somme de 23.603.745 FCFA. Pour lui, la LONAB n’a aucun motif valable pour ne pas lui verser son dû.

Mais pourquoi les choses sont si difficiles pour la nationale des jeux du hasard ? Nous avons voulu en savoir davantage avec les actuels responsables de la LONAB. Notre courrier reste toujours sans réponse. C’est
le silence radio. Affaire à suivre !

Aimé NABALOUM
Ecrit par
Aimé NABALOUM
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Aimé NABALOUM Ecrit par Aimé NABALOUM