LOTISSEMENT ILLEGAL A L’ARRONDISSEMNT 8 : Après Nonghin, ATTP a aussi arnaqué à Koumdayonré

Dans nos précédentes parutions, nous évoquions une tentative de lotissement dans l’arrondissement 8 de Ouagadougou, plus précisément dans  le quartier Nonghin au secteur 35. Il s’agissait d’une opération de morcellement illégale de terrain opérée par la société immobilière ATTP en complicité avec certains élus locaux de l’arrondissement. Heureusement, pris en flagrant délit de lotissement illégal, les travaux de morcèlement avaient pu être stoppés. L’agrément de la société immobilière ATTP a même  été retiré. Apparemment, cette opération de lotissement illégale ne serait pas la seule entreprise par la société. En effet, dans le quartier Koumdayonré, quartier jouxtant celui de Nonghin, toujours au secteur 35, la société immobilière y a mené une opération de lotissement illégale. Les habitants, visiblement, ne le savaient pas. De fortes sommes d’argent ont été réclamées aux habitants par ATTP. Beaucoup ont versé des avances. Ils apprendront plus tard qu’il s’agissait d’une opération illégale. Ils sont inquiets. Ils ne savent pas à quel saint se vouer.

A Koumdayonré, une zone non lotie dans le secteur 35, à l’arrondissement 8 de Ouagadougou, les acquéreurs de parcelles vivent une situation très embarrassante. En effet, les habitants ont acquis des terrains pour la plupart en 2015 auprès des autochtones du village. En fin 2017, ils vont apprendre qu’une société immobilière s’était engagée à une opération de lotissement dans ladite zone. Il s’agissait de la société immobilière ATTP (Assistance Technique Travaux   Publics), une société qui s’est illustrée dans les lotissements illégaux, en complicité avec des élus locaux à Nonghin, dont nous relations les agissements dans nos précédentes parutions. Au départ, des rencontres ont été tenues entre les responsables de la société immobilière et les riverains de la zone pour des séances d’explication sur le  processus de  lotissement et les procédures à entamer. A l’issue de ces rencontres, il a été décidé, dans un premier temps, du recensement des riverains. Ce recensement a effectivement eu lieu les jours qui ont suivi. Il consistait à répertorier tous les riverains ayant des habitats dans la zone.

La stratégie de tromperie

Après cette opération de recensement, une autre rencontre avec les riverains a été tenue dans une école du village. Des enveloppes sous plis fermés ont été distribuées aux participants. Ces enveloppes devraient être ouvertes une fois arrivés à la maison. Pas question de les ouvrir dans la salle. Quand même curieux ! C’est de retour chez eux que les riverains prendront connaissance de la stratégie adoptée par la société ATTP à travers le contenu des enveloppes. En effet, elles contenaient chacune une fiche dénommée «fiche de renseignement». Sur chaque fiche de renseignement, était marqué le numéro de l’habitat et le montant que devrait débourser chacun. Le montant était fonction de l’état d’évolution de la construction de l’habitat. En effet, ATTP aurait regroupé les habitats dans trois catégories : dans la première catégorie, se trouvent les habitats dont la construction était inachevée, les acquéreurs devraient débourser environ 1.500.000  FCFA pour l’opération. Pour la seconde catégorie, ce sont les habitats dont la construction était terminée et dont les acquéreurs n’y résidaient pas ; il fallait débourser la somme de 625.000FCFA. Dans la dernière catégorie, il s’agit des habitats dont la construction est achevée et habitée. A ce niveau, il fallait débourser la somme de 225.000FCFA. Voici donc comment la société ATTP a regroupé les habitats dans la zone.

Après cette étape, ATTP aurait procédé à l’installation des bornes dans le courant des mois de janvier à février 2018. Visiblement, cette stratégie consistait à mettre  les   riverains en confiance pour qu’ils effectuent les premiers versements. Mais ce fut un échec, car aucun paiement ne sera effectué les riverains. Ayant constaté que stratégie de trompe rie ne marchera ATTP va tenter le pour le tout. Elle fait circuler une rumeur dans le quartier selon laquelle une attribution de parcelles dans la zone par ATTP est imminente, et que les riverains qui auront déjà effectué un paiement se verront attribuer des parcelles. Par contre, ceux qui n’auront pas payé seront déguerpis de la zone. La rumeur va inonder tout le quartier. C’est sous cette pression que la plupart des riverains, le cœur serré, iront faire des versements.

En guise de justificatif, des reçus de versement sont délivrés à chaque versement. Mais, plus de dix mois après, point d’attribution annoncée en grande pompe par ATTP. Les riverains apprendront plus tard, à travers notre premier article, que l’opération de lotissement entreprise par la société ATTP est non seulement illégale, mais viole également la mesure d’interdiction des lotissements dans les villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso. Mieux, ils apprendront le retrait de l’agrément de la société ATTP. Désemparés, ils approcheront les responsables de la société pour en savoir plus. Au niveau de la société, on soutient que tout est mis en œuvre pour régler le problème. Ils tentent de calmer la colère des riverains par de fausses promesses. Ils auraient voulu faire croire aux habitants que leur agrément a été rétabli par le ministère. Chose qui est évidemment fausse. En tout cas, les populations de ces zones non loties estiment qu’elles sont dans le flou total et ne savent pas où donner de la tête.

Salifou OUEDRAOGO

Avatar
Ecrit par
Le Reporter
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Avatar Ecrit par Le Reporter

Nous suivre sur…