Manque de légitimité et d’objectivité !

Le véritable problème dans la gouvernance publique est le manque de sincérité et de réalisme. Déjà, le gouvernement peine à bien cerner et à bien gérer les impôts existants au point que des centaines de milliards FCFA sont dans la nature. A titre d’exemple, plus de 300 milliards FCFA de Restes à recouvrer (RAR) manquaient pour les caisses de l’Etat à la fin de l’année 2018. Qu’a-t-on fait pour les recouvrer ? Rien ! Quel est leur sort ? Et maintenant qu’il est coincé, le gouvernement dit manquer de moyens pour «construire» le pays. Et si c’était tout !

D’ailleurs, les maigres ressources des contribuables une fois dans les caisses de l’Etat font l’objet d’une gestion scandaleuse pour un pays en voie de développement. A propos de scandale, les marchés publics octroyés à l’emporte-pièce et les travaux publics bâclés ou remis hors délais, les détournements de fonds publics de plus en plus visibles, la corruption qui ne fait que grimper et pour tout couronner, ceux appelés aux fonctions représentatives ou nominatives narguent le pauvre contribuable. C’est le cas du gouvernement dont les membres sont suspectés de se payer grassement en violation des textes en la matière.

C’est en ce moment que le gouvernement entend serrer la ceinture du contribuable à travers l’élargissement de l’IUTS aux indemnités des fonctionnaires. Non ! Ça manque de légitimité et d’objectivité ! Et si l’Etat serrait sa propre ceinture d’abord ? Personne ne crierait au scandale et tout le monde marcherait au pas.

Aimé NABALOUM
Ecrit par
Aimé NABALOUM
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Aimé NABALOUM Ecrit par Aimé NABALOUM

Nous suivre sur…