cnrs

Ministère de la Recherche Scientifique : 57 ingénieurs recrutés broient du noir

cnrsEn novembre 2015, ils ont pris part à un test de recrutement organisé par la Fonction publique au profit du Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST) qui devait à son tour les affecter dans les instituts relevant du centre. Au résultat final, ils sont 57 à avoir été retenus. Mais depuis lors, c’est le silence radio. Aucun interlocuteur pour leur signifier leur situation exacte. Que s’estil donc passé ?

Cela fera bientôt un an qu’ils ont passé avec succès un test de recrutement du Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST) au profit de ses instituts affiliés. A l’issue du processus de recrutement, 57 ont été déclarés admis. Pour la plupart, ils sont des ingénieurs de recherche et des techniciens supérieurs. Ils ont espéré, vu qu’ils ont été retenus, qu’ils seront enrôlés par la méthode biométrique comme tous les fonctionnaires intégrant la Fonction publique et seront donc dès lors, des fonctionnaires du ministère en charge de la Recherche scientifique. Mais, depuis l’enrôlement biométrique, les 57 nouveaux fonctionnaires râlent et ne savent à quel Saint se vouer. Ils ont mis en place un comité chargé de poursuivre administrativement le dossier.

Ce comité peine à savoir exactement la situation. Puis entre temps, il leur est expliqué que le dossier a été rejeté au niveau du ministère de la Fonction publique pour une question de libellé. Pour ce faire, le dossier serait reparti au ministre en charge de la recherche scientifique, leur ministère de tutelle. Las d’attendre, ils décident de s’adresser à leur ministre de tutelle. Ils lui font parvenir une lettre datée du 09 septembre 2016. « La récente actualité de notre dossier date de Janvier 2016, quand nous avons été appelés pour l’enregistrement biométrique. Depuis ce temps, nous sommes toujours en attente de notre intégration, soit 10 mois après notre recrutement officiel. Nous frappons enfin à votre porte car après de nombreuses démarches entreprises auprès des responsables des instituts bénéficiaires, notre intégration n’est toujours pas d’actualité. Aux dernières nouvelles obtenues auprès de la direction des Ressources humaines du MESRSI, notre dossier serait toujours au sein de votre ministère après avoir été rejeté par deux fois au niveau du ministère de la Fonction publique ; lequel ministère doit nous établir nos actes d’engagement afin que nous puissions enfin bénéficier du statut d’agents de la Fonction publique et des avantages y afférents ». Et ils poursuivent en expliquant que la situation dans laquelle ils se trouvent est inconfortable au regard du temps écoulé ; ce qui évidemment leur porte préjudice puisque, disent-ils, « cette situation nous pénalise à plus d’un titre : la non-possibilité de postuler à d’autres concours de la Fonction publique, la rupture des contrats de certains agents, les suspensions de bourses de stagiaires dans les différents départements des centres de recherche… ».

Malgré cette lettre, les nouveaux recrus broient toujours du noir.

Avatar
Ecrit par
Le Reporter
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Avatar Ecrit par Le Reporter

Nous suivre sur…