Ministère des Infrastructures: La transparence si difficile !

Dans notre livraison du 15 décembre 2016, nous relations dans un article intitulé « Affaire fraude fiscale dans le marché de l’échangeur du Nord : le règne de l’opacité et de l’omerta », notre galère dans la recherche de l’information auprès de ce ministère. « Manifestement, la transparence et la redevabilité, tant magnifiées dans les discours officiels des nouveaux gouvernants, sont loin d’être les choses les mieux partagées au ministère en charge des infrastructures ». Ecrivions-nous.

Suite à la publication de notre article, le ministre des Infrastructures, Eric Bougma, a organisé une visite de chantier sur le site de la construction de l’échangeur le 30 janvier 2017. La presse nationale a été conviée à cette visite. L’article commandé à ce sujet auprès du Journal Le Reporter est dans notre précédent numéro. Cette visite prenait parfois des allures d’une tentative de démenti de notre article qui ne disait pas son nom. Face aux journalistes, le ministre Bougma a insisté, la main sur le cœur, qu’il n’y avait absolument rien à cacher dans l’affaire de ce chantier. Toute chose qu’il nous avait déjà dite au moment de nos démarches pour obtenir des informations dans le cadre de l’article. Mais jamais il ne nous a fourni les informations que nous lui avons demandées et qu’il nous avait du reste promises. Au cours de cette visite, le ministre s’est contenté de relire le discours et égrener les chiffres déjà donnés lors du lancement des travaux de l’échangeur.

C’est sur cette base qu’il entend convaincre que tout est transparent dans le dossier de cet échangeur. Il n’hésitait pas, pour parfaire la mise en scène, à interpeller le journaliste du Journal Le Reporter présent à l’occasion, pour qu’il prête une attention particulière à ce qu’il disait. Bien risible, tout ça ! Est-ce cela les informations que le Journal lui a demandées ? Pourquoi le ministre n’a pas donné de suite à la requête du Journal en dépit de ses promesses ? Pourquoi n’a-t-il pas répondu à la question d’un journaliste qui lui demandait le régime fiscal appliqué au marché et s’est plutôt contenté de renvoyer cette question aux calendes grecques ? Est-ce cela la transparence ? Ironie du sort, depuis quelques jours, les travailleurs dudit ministère sont dans la rue. Ils protestent notamment contre le manque de transparence et des pratiques peu orthodoxes qui ont cours dans la boîte. Que dit à présent le ministre face à ses propres collaborateurs qui dénoncent vertement des pratiques plus graves que ce que Le Reporter a écrit. Affaire à suivre !

BYL

Avatar
Ecrit par
Le Reporter
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Avatar Ecrit par Le Reporter

Nous suivre sur…